Résultats Présidentielle 2022 : « Macron et Le Pen n’en ont rien à foutre de la survie de l’humanité », pestent les militants EELV

REPORTAGE A Lyon, les militants et la municipalité EELV ont accusé le faible score (4,7 %) de leur candidat, Yannick Jadot, au premier tour de la présidentielle. Avant d’appeler sans équivoque au barrage contre l’extrême droite au deuxième tour

Jennifer Lesieur
— 
Les militants EELV de Lyon sur le point de découvrir les résultats du premier tour.
Les militants EELV de Lyon sur le point de découvrir les résultats du premier tour. — J.L. / 20 MINUTES
  • A Lyon, municipalité écologiste depuis 2020, les militants EELV ont soutenu jusqu’au bout leur candidat, Yannick Jadot, à la présidentielle.
  • Avec 4,7 % au premier tour, le faible score de celui-ci leur fait craindre qu’aucune mesure écologique urgente ne soit prise lors du second mandat.
  • Pour l’heure, les militants EELV lyonnais appellent sans détour à faire barrage à Marine Le Pen au second tour, tout en espérant qu’Emmanuel Macron infuse plus d’écologie dans un potentiel second mandat.

Délocalisés dans de petits bars de quartier, les QG des partis politiques en oublieraient presque la gravité de l’heure. Ce dimanche de premier tour, place Guichard à Lyon, quelques dizaines de militants EELV savourent un verre en terrasse avant de se réunir devant la télé du bar. Vingt heures sonnent… Les sourires sont restés dehors. Les visages conquérants des deux finalistes ne reflètent pas ceux, défaits, des militants. Et puis, 4,7 % seulement pour leur candidat, Yannick Jadot… La pilule est dure à avaler.

« Les sondages ont fait du mal, je pense », confie Clarisse, 34 ans, qui travaille dans la transition énergétique. « Je connais beaucoup de gens dans mon entourage qui hésitaient entre Mélenchon et Hidalgo, et qui ont changé de vote au dernier moment en espérant voter utile. Mais je ne sais pas si ça sera utile pour la démocratie… » Elle dit ne pas arriver « à comprendre comment on peut voter Macron, vu son traitement des questions sociales et écologiques. On a deux candidats au second tour qui n’en ont rien à foutre de la survie de l’humanité ».

« Extrême » déception devant le score de Yannick Jadot

Nathalie, 49 ans, élue à la métropole, est encore plus inquiète : « La racine de mon engagement, c’est la protection de la biodiversité et la lutte contre l’emballement climatique. Ça me navre que ces sujets de fond, ces bouleversements qu’on va connaître dans les années prochaines, n’aient pas été abordés. Les Français ne se rendent pas compte du danger que c’est pour le maintien du vivant sur terre ! Il y a la campagne d’un côté, et il y a la réalité de ce qu’on va affronter dans les années à venir. Et là, on va droit dans le mur. »

Grégory Doucet, le maire EELV de Lyon, a fait le déplacement pour avouer sa « très grosse déception de voir de nouveau l’extrême droite au deuxième tour de cette élection présidentielle ». Il martèle que « le nationalisme, c’est la mort de la démocratie, c’est la guerre », et appelle donc à faire barrage à Marine Le Pen, « et on va utiliser le bulletin Emmanuel Macron pour le faire. Pour autant, Macron doit aussi entendre ce qui vient de se passer pendant la campagne, et dans les urnes. Parce qu’il n’arrête pas de me dire qu’il est à l’écoute, mais en réalité, il ne fait pas grand-chose. »

S’agissant de sa famille politique, le score de Yannick Jadot le laisse « extrêmement déçu. On a fait malgré tout une bonne campagne, Yannick Jadot était un bon candidat, c’était le seul à parler climat, il a aussi été très clair sur ses positions sur la guerre en Ukraine, comme aucun autre candidat ne l’a été, mais ça n’a pas suffi. » Le maire veut en tirer les conséquences : « On sait que beaucoup de gens qui ont l’écologie chevillée au corps ont trouvé plutôt chez Jean-Luc Mélenchon une réponse à leurs besoins. Manifestement, on a besoin de faire un très gros travail de politique et de convictions pour amener davantage de gens vers le vote écolo. »

Et maintenant ? Tout sauf Le Pen

Dans le bar presque vide, les derniers candidats réagissent en direct sur l’écran que plus personne ne regarde. Sauf Jean-Claude, 66 ans, qui prend des notes. « Je suis déçu, évidemment. Il aurait fallu avoir au moins 5 %. Après, nous, contrairement à Mélenchon en 2017, on appelle sans ambiguïté à voter Macron au deuxième tour. Parce qu’on fait bien la différence entre une fasciste qu’est Le Pen, et un néolibéral qui a fait énormément de mal à la France, mais qui est quand même un républicain, un démocrate. On ne veut pas que la France devienne comme l’Amérique de Trump ou le Brésil de Bolsonaro. »

Ce militant espère donc que le futur élu « reprenne quelques-unes de nos propositions et fasse quelques concessions sur l’écologie. Ce serait l’espoir pour tout, pour la France, pour la République… pour tous les humains ».