Présidentielle 2022 : La neutralité carbone entraînerait-elle l’équivalent d’un confinement, comme le dit Marine Le Pen ?

FAKE OFF Sur France Inter, la candidate du Rassemblement national a expliqué que pour atteindre la neutralité carbone, il faudrait « être dans la situation de l’année où nous avons été totalement en confinement à cause du Covid »

Emilie Jehanno
— 
Marine Le Pen, en meeting, le 1er avril 2022.
Marine Le Pen, en meeting, le 1er avril 2022. — ALAIN ROBERT/SIPA
  • Interrogée par une auditrice sur le rapport du Giec, Marine Le Pen a donné sa vision des solutions pour atteindre la neutralité carbone.
  • Les efforts à réaliser pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 seraient « en réalité moindre que ce qui a été observé en 2020 du fait de la pandémie », nous indique le Citepa, organisme officiel chargé d’estimer les émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques.
  • « Il faut une transformation, pas un arrêt d’une majorité de l’économie », explique Anne Bringault, coordinatrice des programmes au Réseau action climat.

Que propose Marine Le Pen pour lutter contre le dérèglement climatique ? Pas de suivre les recommandations du Giec, à l’en croire sur France Inter mardi 5 avril. La veille, le rapport des experts de l’ONU sur le climat a expliqué la nécessité de changer de paradigme, car « l’humanité dispose de moins de trois années pour inverser la courbe des émissions de gaz à effet de serre ».

Interrogée par une auditrice, la candidate du Rassemblement national a donné sa vision des solutions. Pour respecter « l’objectif de la neutralité carbone en 2030, dit-elle, il faudrait être dans la situation de l’année où nous avons été totalement en confinement à cause du Covid, soit l’arrêt d’une partie majoritaire de l’économie. »

Si Marine Le Pen se dit d’accord « avec la stratégie qui consiste à baisser les émissions carbone », elle indique ne pas avoir « les mêmes moyens que le Giec. » Elle préfère choisir la voie du nucléaire et de l’hydrogène pour décarboner « totalement notre énergie ». Elle veut aussi rénover les logements passoires thermiques et électrifier le plus possible le chauffage.

FAKE OFF

Contrairement à ce qu’indique Marine Le Pen, l’objectif fixé pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C est d’atteindre la neutralité carbone en 2050 et non en 2030. En 2030, il faudra avoir réduit en France de 40 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. La trajectoire de la neutralité carbone d’ici à 2050 est inscrite dans l’accord de Paris et a été traduite en France dans la loi Energie et climat, en 2019.

En 2020, avec les confinements, la France a réduit ses émissions de 9 % en un an, nous indique le Citepa, organisme officiel chargé d’estimer les émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques. Quarante millions de tonnes équivalent CO2 (Mt CO2e) ont ainsi été évitées, et la France a émis cette année-là, au total, 396 Mt CO2. Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, il faudrait « émettre "seulement" 80 Mt CO2e, les puits de carbone permettant de capter une quantité équivalente », poursuit le Citepa.

Si on réalisait une réduction continue dès 2021, « l’effort à mener chaque année serait en réalité moindre que ce qui a été observé en 2020 du fait de la pandémie : il serait d’ici à 2050 d’environ -10 millions de tonnes CO2e par an, soit – 2,7 % par an », détaille l’organisme. Bien moins que les 40 millions de tonnes CO2e économisées en 2020 donc.

« Il faut une transformation, pas un arrêt de l’économie »

Et surtout, la méthode envisagée par le Giec pour y parvenir n’est pas celle du printemps 2020. « Il faut une transformation, pas un arrêt d’une majorité de l’économie », explique Anne Bringault, coordinatrice des programmes au Réseau action climat, pour qui les situations ne sont pas comparables. « On est vraiment sur une situation différente du Covid, poursuit-elle, puisqu’on ne serait pas sur un confinement, mais sur des transformations globales. »

Elle mentionne les solutions proposées par le Giec : davantage de sobriété, de l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables, des mobilités plus propres avec des véhicules électriques, des transports collectifs, des investissements dans le ferroviaire, une réduction de la consommation de produits d’origine animale. Marine Le Pen, qui propose dans son programme un moratoire sur l’éolien et le solaire, « essaie de faire peur, estime Anne Bringault, mais, surtout, elle montre sa méconnaissance totale du sujet parce qu’il y a des solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre rapidement ».

Découvrez les résultats de l’élection présidentielle 2022 dès 20h par ville, département et région sur 20 Minutes.