Présidentielle 2022 : Un vrai-faux débat, le dossier corse et la campagne en « free-lance » d’Emmanuel Macron… Le « Récap » du 18 mars

LE RECAP (J-23) Chaque vendredi, retrouvez notre « Récap » de la semaine, rendez-vous hebdomadaire de « 20 Minutes » consacré à l’élection présidentielle 2022

Rachel Garrat-Valcarcel
— 
Présidentielle 2022 : Le « Récap » de la semaine du 18 mars 2022 — 20 Minutes

Cette présidentielle est décidément singulière. Après une longue période durant laquelle elle aura été anesthésiée par la crise sanitaire puis perturbée par la déflagration de la guerre en Ukraine, la campagne en pointillé d’un sortant  largement en tête des sondages bouscule à présent l’actualité politique. En cause, notamment, le refus d’Emmanuel Macron de se confronter avec ses adversaires dans le cadre de débats, qui oblige les chaînes à changer leurs plans. Lundi soir, TF1 a organisé la première soirée de vrai-faux débat de la campagne : les huit principaux candidats se sont succédé sur scène pour des interviews d’environ un quart d’heure. Un format pas bien passionnant sur le papier et qui n’a pas été pimenté par l’attitude très sage des candidates et candidats présents. C’est le premier point de ce 15e « Récap » présidentiel de 20 Minutes en vidéo.

Au menu également, le retour du dossier corse dans la campagne. La violente a agression en prison d’Yvan Colonna a réveillé une sourde colère dans l’île de Beauté. Résultats, pour tenter d’apaiser la situation, Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, a annoncé que le gouvernement était prêt à parler autonomie avec les élus corses… Une hypothèse pourtant rejetée depuis cinq ans par Emmanuel Macron.

Enfin, puisqu’il est question du président-candidat, nous reviendrons sur sa campagne a minima mais qui, pour l’instant, fonctionne à plein. Emmanuel Macron profite aussi largement de ce que les ministres semblent faire sa campagne sous couvert d’annonces gouvernementales… Surtout, jeudi, le président candidat a donné une très longue conférence de presse (presque quatre heures !) pour présenter son « projet présidentiel pour la France ». Emmanuel Macron a détaillé un objectif « d’indépendance » de France aussi bien sur la défense, l’agriculture, ou encore l’énergie. Il a aussi confirmé notamment le passage de la retraite à 65 ans et le conditionnement du RSA à quinze ou vingt heures « d’activité ». Un programme qui penche à droite.