Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron va annoncer sa candidature dans une « Lettre aux Français »

CAMPAGNE La lettre de candidature du président de la République va être publiée dans la presse régionale

M.P. avec AFP
— 
Emmanuel Macron lors de l'inauguration du Salon de l'Agriculture, le 26 février 2022.
Emmanuel Macron lors de l'inauguration du Salon de l'Agriculture, le 26 février 2022. — Jacques Witt/SIPA

En pleine offensive russe en Ukraine, Emmanuel Macron cherchait toujours une fenêtre d’opportunité pour officialiser, avant la date butoir de vendredi 18 heures, sa candidature à  la présidentielle 2022. Et le président de la République va se lancer dans la course à un second mandat ce jeudi soir dans une « Lettre aux Français ». Cette déclaration va être mise en ligne sur plusieurs sites de titres de presse régionaux.

A 38 jours du premier tour, Emmanuel Macron va ainsi devenir officiellement président-candidat et pourra donner le coup d'envoi à une campagne perturbée par le conflit et qui sera l'une des plus courtes jamais effectuée par un président sortant.

Quand le président de la République s’est adressé aux Françaises et aux Français, ce mercredi soir à 20 heures, il lui restait moins de quarante-huit heures pour se déclarer officiellement candidat à un second mandat. Allait-il profiter de cette intervention pour le faire ? Non, tant il était attendu sur la guerre en Ukraine, qui écrase tout le reste, y compris la campagne présidentielle. « C’est une situation grave, il semble évident que cela reste sa priorité pendant les jours et semaines à venir. Les Françaises et les Français, indépendamment de leur opinion sur le président, le comprennent », avançait alors Maud Bregeon, porte-parole de La République en marche.

Donné en hausse de 2 à 3 points au premier tour

Le choix du timing et de la forme de la déclaration de candidature d’Emmanuel Macron, donné depuis des mois largement favori dans les sondages, est délicat au vu de la volatilité de la situation internationale. Même si le conflit en Ukraine écrase la campagne et pourrait finalement se transformer en atout pour un chef d’Etat en exercice dans une période d’extrême instabilité.

Deux sondages réalisés après l’invasion russe l’ont d’ailleurs donné en hausse de 2 à 3 points au premier tour, à 27/28 % d’intentions de vote. Ainsi depuis le début de l'invasion de l'Ukraine il y a huit jours, le président-candidat est donné à 27-28%, soit une dizaine de points devant sa rivale d'extrême droite, Marine Le Pen (RN), qui creuse l'écart avec Valérie Pécresse (LR) et Eric Zemmour (Reconquête!).