Présidentielle 2022 : Paquito, bières et selfies… Jean Lassalle fait le show au Salon de l’agriculture

REPORTAGE Ancien du MoDem, le candidat à la présidentielle a été acueilli très chaleureusement, mercredi, au Salon de l’agriculture

Thibaut Le Gal
— 
Jean Lassalle s'amuse au Salon de l'agriculture.
Jean Lassalle s'amuse au Salon de l'agriculture. — BERTRAND GUAY / AFP
  • Après un premier essai en 2017, Jean Lassalle est candidat pour la seconde fois à la présidentielle.
  • L'ex-berger du Béarn, ancien du MoDem, a été accueilli très chaleureusement, mercredi, au Salon de l’agriculture.
  • Le candidat a multiplié les selfies, les embrassades et s’est même permis un paquito.

Jean Lassalle a un avantage de taille : son mètre 90 dépasse bien des têtes. Dans les artères bondées du Salon de l'agriculture, mercredi, le candidat à la présidentielle est reconnu de loin. « Donnez-lui à manger car il a besoin de grandir, cet oiseau ! » Un éleveur plaisante avec le géant du Béarn et lui offre un plateau de fromages. Jean Lassalle déguste quelques morceaux, puis se met à chanter : « Etoile des neiges/Mon cœur amoureeeuuux/S’est pris au piège/De tes grands yeeeeuuux ».

Il est moins de 11h, le député des Pyrénées-Atlantiques entre dans un enclos pour câliner Neige, l’égérie de cette édition 2022. Au milieu des bêtes, l’ancien berger est chez lui. Un bol d’air frais pour cet ancien du MoDem, lancé dans la course à l’Elysée une deuxième fois après 2017 et crédité de 1 % dans les sondages.

Churros, danse improvisée et bisou sur le crâne

Qu’importent les oiseaux de mauvais augure, le président du parti Résistons ! entend profiter au mieux de sa popularité auprès du monde agricole. « J’ai des amis partout. Il faut que je ridiculise ces saloperies de sondages d’opinion », dit-il en marchant triomphalement au milieu des vaches. En trois heures, Jean Lassalle multiplie les selfies, claque des bises, goûte bière et vin, avale du Cantal, grignotte quelques churros, s’invite au milieu d’un groupe de musique, s’offre quelques pas de danse, enfile un béret, embrasse le crâne d’un sympathisant, rencontre un homonyme, rigole avec des étudiants, conduit un bœuf gascon dans les travées, tombe dans les bras de Christian Jacob et de François Baroin, distribue ses cartes de visite à tour de bras, joue avec une boule à neige…

Le candidat n’est pas non plus avare de petites phrases. « Dis à Chantal que je l’aime complètement, je ne peux pas l’aimer plus car je ne la connais pas. » « Tu es jolie toi ma petite, tu devrais dire à ta mère de te faire un petit frère ! » « Vous avez eu miss France ce matin ? Oui, je suis aussi grand, mais je suis moins joli ! » Ou encore : « Ta gueule m’est connue ! Toi, je te connais… »

Son équipe vante le « phénomène » mais peine parfois à le canaliser. L’ex-MoDem Eric Ordronneau, qui l’accompagne, s’en amuse. « Il est issu d’une famille d’agriculteurs, c’est quelqu’un de très apprécié sur le salon. Les Français aiment son franc-parler, et le fait qu’il soit en politique par conviction et non par intérêt. On se souvient de sa grève de la faim [face à des délocalisations en 2006] ou son tour de France à pied [pendant huit mois, en 2013]. C’est un homme courageux et il connaît les difficultés du monde rural. »

Jean Lassale face à un b?uf
Jean Lassale face à un b?uf - TLG/20Minutes

« En 2017, j’ai battu le record d’Arlette Laguiller »

Car Jean Lassalle est aussi là pour parler des campagnes, dont il veut faire une « grande cause nationale » : « Les petites exploitations agricoles sont notre art de vivre. Il faut apporter un peu de financement et faciliter l’installation des jeunes. Il faut réinvestir pour faire du bon, du vrai, du beau », dit-il à la presse, promettant notamment 3 à 4 milliards d’euros d’investissements par an, en prenant sur la contribution de la France à l’Union européenne. Le candidat souhaite aussi « réorganiser » la PAC (politique agricole commune). « Elle est inégalitaire, car 1,5 % des bénéficiaires touchent plus de 30 % du montant total des aides », avance-t-il, regrettant le bilan d’Emmanuel Macron. « Il a mené la politique du chien crevé au fil de l’eau. Il n’a aucune maîtrise sur la PAC, il faut changer de paradigme. »

Jean Lassalle s'offre une danse avec jeune fille (qui n'avait rien demandé).
Jean Lassalle s'offre une danse avec jeune fille (qui n'avait rien demandé). - TLG/20Minutes

Au fil des questions, le candidat cite Confucius, évoque les rois et les dieux puis les « coups de guillotine » ayant donné naissance à l’Etat, qu’il rêve de rebâtir. Il souligne aussi « l’humanité tragique et la bestialité de l’Homme », exprimant son soutien pour les Ukrainiens attaqués par la Russie. La semaine prochaine, Jean Lassalle lancera sa tournée en bus à la rencontre des Français. « En 2017, j’ai battu le record d’Arlette Laguiller, en faisant la campagne la moins chère de la Ve République : 230.000 euros. Cette fois je vais partir en itinérance. Enfin, si les banques ne me laissent pas tomber… »

En attendant, le voilà reparti à grandes enjambées dans les travées du salon. Au stand du Sud-ouest, une poignée de jeunes l’attendent, assis par terre. L’hymne de l’Aviron bayonnais retentit. Jean Lassalle lève les bras puis s'élance pour un improbable paquito.