Quelles étaient les positions d’Edouard Philippe à l’Assemblée nationale?

VOTE Le nouveau Premier ministre sera chargé d’appliquer le programme d’Emmanuel Macron…

Manon Aublanc

— 

Le nouveau Premier ministre Edouard Philippe à Paris, avant de se rendre à Matignon pour la composition de son nouveau gouvernement, le 16 mai 2017.
Le nouveau Premier ministre Edouard Philippe à Paris, avant de se rendre à Matignon pour la composition de son nouveau gouvernement, le 16 mai 2017. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Le nouveau Premier ministre, Edouard Philippe, propulsé sur le devant de la scène politique française était auparavant député Les Républicains de Seine-Maritime, une position qui l’a souvent placé dans l’opposition.  La chaîne LCI a fait le point sur ses diverses positions à l’Assemblée nationale, lors du dernier quinquennat.

Les fois où il a voté pour

En mars 2015, une loi «créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie » a été proposée par la majorité et Edouard Philippe a fait partie des députés d’opposition qui ont voté en faveur de cette loi sur la fin de vie.

Les fois où il s’est abstenu

Comme NKM, Edouard Philippe avait décidé de s’abstenir lors du vote de la loi sur le mariage pour tous le 12 février 2013. Cette loi, annoncée par François Hollande lors de sa campagne présidentielle en 2012,a été adopté le 23 avril 2013. Pour les abstentionnistes, dont Edouard Philippe, ce n’est pas le mariage homosexuel en lui-même, mais la question de la procréation médicalement assistée (PMA) et de la gestation pour autrui (GPA) qui posait problème.

La loi du 7 octobre 2016 pour « une République numérique » visait l’encadrement de l’ouverture des données publiques, la protection des citoyens et l’accès au numérique pour tous. Lors du vote, le député de Seine-Maritime s’était abstenu.

Les fois où il a voté contre

Promis par le candidat Hollande en 2012, la loi sur la séparation bancaire qui visait à séparer le financement de l’économie d’un côté et les activités spéculatives de l’autre avait été appuyée par Emmanuel Macron, qui n’était pas encore ministre. L’ancien maire du Havre lui avait voté contre cette loi.

Adoptée le 11 octobre 2013,la loi sur la transparence de la vie publique, entreprise après le scandale de l’affaire Jérôme Cahuzac, oblige maintenant les élus à fournir une déclaration d’intérêts et une déclaration de situation patrimoniale, qui sont ensuite rendus publique. Le nouveau Premier ministre avait voté contre cette loi. Edouard Philippe avait également reçu un blâme de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, pour avoir refusé d’actualiser en 2014 la valeur de son patrimoine.

En juin 2013, l’ex-député de Seine-Maritime avait voté contre la loi relative « à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière ».

Le quinquennat Hollande a également été marqué par la loi sur le non-cumul des mandats, de député ou de sénateur. Le député-maire du Havre avait alors voté contre cette loi en septembre 2013, ainsi que contre la loi interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec celui de député européen.

A l’inverse de Thierry Solère ou Nathalie Kosciusko-Morizet, l’ex député LR a voté contre la loi de lutte contre le système prostitutionnel, qui comprenait notamment la pénalisation des clients.

Cette loi, portée par Emmanuel Macron, portait surle renforcement de la prévention de la corruption et de la transparence de la vie économique en créant notamment une Agence française anticorruption. En juin 2016, lors du vote, Edouard Philippe s’est positionné de manière défavorable.