Présidentielle: Le gouvernement Cazeneuve a officiellement présenté sa démission...

POLITIQUE Revivez la journée de ce mercredi sur « 20 Minutes »…

M.A et D.B,

— 

François Hollande et Bernard Cazeneuve
François Hollande et Bernard Cazeneuve — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L’ESSENTIEL

  • Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé ce mercredi matin concernant l’absence d’accord avec le PCF
  • Emmanuel Macron a participé aux commémorations de l’abolition de l’esclavage en compagnie de François Hollande

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : La France insoumise refuse toute alliance avec le Parti communiste

>> A lire aussi : A quoi va ressembler l'agenda du président Macron dans les jours à venir?

 

23h00: Ce live est désormais terminé.

Retrouvez-nous dès demain.

22h07: « Environ 450 » candidats La République en marche dévoilés jeudi pour laisser quelques places aux candidatures de dernière minute

21h25: Le maire de Melun démissionne de LR pour briguer une investiture En marche !

« J'ai rempli cet après-midi mon dossier de candidature pour une investiture En marche ! dans la première circonscription de Seine-et-Marne, celle de Melun », a annoncé Louis Vogel, élu en avril 2016 à la tête du chef-lieu de la Seine-et-Marne sous l'étiquette LR. « Je prends un risque, je dépose un dossier comme tout le monde », a ajouté l'élu, précisant avoir démissionné de LR dans la foulée.

L'avocat et ancien président de l'université parisienne Panthéon-Assas (2006-2012), qui avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire de la droite et du centre, avait appelé à voter Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle.

21h11: L'épouse de Robert Ménard candidate aux législatives dans l'Hérault

Emmanuelle Ménard, l'épouse du maire de Béziers, a annoncé mercredi soir qu'elle était candidate aux législatives dans la 6e circonscription de l'Hérault, une candidature soutenue, selon elle, par le Front national.

21h06: Macron « fait une profonde erreur en achetant les trahisons », confie Laurent Wauquiez dans une interview

« Si jamais une personnalité des Républicains adhère au programme d'Emmanuel Macron, ce sera un choix personnel qui n'engage en rien notre famille politique. Le nouveau président fait une profonde erreur en commençant son quinquennat en achetant les trahisons », affirme le vice-président des Républicains, dans cet entretien publié jeudi dans Le Progrès et Le Dauphiné libéré.

 

20h39: Les savants calculs des internautes pour contester le résultat de l'élection présidentielle

Le résultat de l’élection présidentielle ne satisfait pas tous les internautes. Nouveaux calculs, pétition, certains rivalisent d’ingéniosité pour contester les chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur. On vous explique pourquoi ça ne tient pas par ici

20h24: Manuel Valls « ne mérite pas » les « remarques ironiques », le défend Laurence Rossignol

« Manuel Valls ne mérite pas de la part d’En marche ! les petites remarques ironiques que sa candidature a suscitées, voire même des remarques beaucoup plus violentes », a déclaré la ministre des Familles, de l’enfance et des droits des femmes, Laurence Rossignol, interrogée sur LCI.

« Ce n’est pas parce que le temps politique dans lequel on est, qui est un temps de concurrence, de compétition, une période électorale qui exacerbe toutes les différences, ce n’est pas parce qu’on est dans ce temps-là qu’il faut effacer tout ce qu’il y a eu avant ».

« Manuel Valls est un homme politique durable, d’un certain point de vue ».

20h04: Le gouvernement Cazeneuve a officiellement présenté sa démission

 

20h00: Najat Vallaud-Belkacem ne compte pas participer au mouvement de Benoît Hamon

La ministre sortante de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, ne compte pas s’investir dans le mouvement annoncé mercredi par Benoît Hamon, souhaitant plutôt, si elle est élue députée à Villeurbanne, faire entendre la voix de la gauche à l’Assemblée.

« Non, je ne cherche pas à me ranger derrière untel ou untel. Ma ligne de conduite : souhaiter le succès de ce quinquennat et la réussite de la France », a déclaré à l’AFP la candidate socialiste en marge d’une « conférence de proximité » organisée dans le cadre de sa campagne pour les législatives en juin.

Et « pour que cela réussisse, il faut une gauche forte qui pèse à Assemblée nationale », a-t-elle ajouté, insistant sur son « état d’esprit constructif ».

19h55: Mais qui est Jean-Paul Delevoye, chargé des investitures d’En Marche ! ?

La liste des 577 candidats d’En Marche ! pour les élections législatives qui va être dévoilée jeudi, c’est lui, Jean-Paul Delevoye. Ce vieux routier de la politique, âgé de 70 ans, a rejoint En Marche ! après la défaite d’Alain Juppé lors de la primaire de la droite.

Qui est-il vraiment ? Son portrait est à lire par là.

19h46: La stratégie de La France insoumise de Mélenchon peut-elle payer ?

Après des mois d’une entente parfois difficile, le divorce est désormais acté : le Parti communiste (PCF) et la France insoumise (FI) n’ont pas trouvé d’accord pour les législatives des 11 et 18 juin prochains. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, quatrième homme de la présidentielle qui mise sur son score historique (19,58 %), peut-il en pâtir ?

Début de réponse avec l’analyse de notre journaliste ici.

18h37: Guaino, député sortant des Yvelines, privé d'investiture par LR

Henri Guaino, député sortant LR des Yvelines, a vu sa candidature à sa succession refusée par son parti qui a investi à sa place le maire du Chesnay, Philippe Brillault, a-t-on appris ce mercredi de source LR.

L'ex-candidat à la candidature de la présidence de la République hors primaire, avait échoué à obtenir les 500 signatures d'élus nécessaires pour se présenter.

Ancien conseiller spécial de l'ex-président Nicolas Sarkozy, Henri Guaino avait été élu dans la troisième circonscription des Yvelines en 2012.

Philippe Brillault, investi à sa place, est un ex-porte-parole de La Manif pour tous.

18h18: « Mélenchon ne se situe plus dans la gauche », juge Le Guen

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat au Développement, a jugé mercredi que Jean-Luc Mélenchon « ne se situe plus dans la gauche », déclarant qu’il est « extrêmement dangereux » et « creuse l’édifice (…) de la République et de la démocratie ».

« Lui-même ne se situe plus dans la gauche », a estimé Jean-Marie Le Guen au sujet de Jean-Luc Mélenchon, lors de l’émission « Questions d’info » LCP-franceinfo-Le Monde-AFP. « Il se situe dans un dépassement qu’il prétend être le peuple contre les élites », a-t-il précisé. « Il veut incarner un populisme pur. Il est en migration. »

17h50: Le Conseil constitutionnel proclame officiellement Emmanuel Macron élu président de la République

Le Conseil constitutionnel a proclamé officiellement l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, avec 66,10 % des voix contre 33,90 % à sa concurrente Marine Le Pen lors du second tour de l'élection présidentielle dimanche.

Emmanuel Macron, 39 ans, devient ainsi le 8e président de la Ve République. Il a recueilli 20.743.128 voix, contre 10.638.475 voix à la candidate du Front national, a annoncé le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, à la presse. L'abstention s'est élevée à 25,44 %, en hausse par rapport au premier tour (22,23%).

17h30: Macron « manque de bienveillance envers Valls », selon Baroin

François Baroin, chef de file de LR pour la campagne des législatives, a affirmé qu’Emmanuel Macron « manque de bienveillance » envers Manuel Valls, mercredi au cours d’une conférence de presse de présentation du projet LR/UDI. « Je ne trouve pas très bienveillant la façon dont on traite un ancien Premier ministre », une façon « radicalement différente de l’aimable sourire offert pendant plusieurs mois de sa campagne présidentielle », a-t-il ajouté.

17h00: Mennucci sonne la charge contre Mélenchon

Mennucci voit rouge. Alors que Mélenchon vient d’annoncer qu’il allait se présenter contre lui aux législatives dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône, le député sortant a publié une tribune au vitriol sur sa page Facebook dénonçant « un député plateau télé qui sera invisible à l’Assemblée comme il l’est aujourd’hui au parlement européen ».

17h00: LR et UDI sont « en ordre de bataille » pour les législatives, affirme Baroin

François Baroin, chef de file des Républicains pour la campagne des législatives, a affirmé que droite et centre étaient « en ordre de bataille » pour les élections législatives, en présentant, à Paris, leur projet tourné vers l’amélioration du pouvoir d’achat des Français. L’étiquette et le slogan des candidats sera « Majorité pour la France, union de la droite et du centre », a-t-il indiqué.

« L’objectif », c’est « le plein-emploi », a affirmé l Eric Woerth qui a supervisé le programme, avec la transformation du CICE en baisses de charges, la diminution des charges patronales, l’allégement du Code du travail, la réduction de 10 % de l’impôt sur le revenu, la suppression de l’augmentation de la TVA prévue dans le projet Fillon, alors qu'« Emmanuel Macron augmente massivement les impôts », argue le député de l’Oise.

16h40: Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Mennucci

Selon une lettre adressée par Jean-Luc Mélenchon aux insoumises et aux insoumis que Le Monde a pu se procurer ainsi que l’AFP, Jean-Luc Mélenchon devrait annoncer demain qu’il va être candidat aux législatives à Marseille dans la 4ème circonscription. Avec 39,09 % des voix réalisés au premier tour de la présidentielle, il a effectué ici l’un de ses plus gros scores.

 

« Je compte me proposer dans la quatrième circonscription, ce dont je me suis déjà entretenu avec les animateurs locaux. Mais j’ai besoin pour mener ce combat de l’appui de tous et de toutes dans toute la ville. En effet, vous le comprenez, cette bataille prendra une forme particulière compte tenu de ma présence en tant que si récent candidat à la présidentielle », explique Jean-Luc Mélenchon dans cette lettre.

16h30: Emmanuel Macron aux obsèques de la députée Corinne Erhel

Le président élu Emmanuel Macron a assisté à Lannion aux obsèques de la députée PS Corinne Erhel, morte vendredi soir alors qu’elle s’exprimait lors d’un meeting de son mouvement à Plouisy, près de Guingamp.

Arrivé peu avant 16H00, M. Macron a été accueilli devant l’entrée de l’église Saint-Jean-du-Baly par l’un de ses soutiens, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, également président de la région Bretagne dont Mme Erhel, 50 ans, était aussi conseillère régionale.

Le président élu a salué d’un geste de la main la foule de plusieurs centaines de personnes qui s’était massée à proximité de l’église.

Corinne Erhel, qui avait rejoint En Marche ! dès 2016, s’est effondrée vendredi soir alors qu’elle prenait la parole devant environ 300 personnes lors de l’un des derniers meetings du mouvement avant le 2ème tour de l’élection présidentielle, dimanche, qui a porté au pouvoir Emmanuel Macron.

15h30: Les élections sénatoriales reportées ?

L’hypothèse d’un report des élections sénatoriales de septembre, pour permettre la réduction du nombre de parlementaires voulue par le président élu Emmanuel Macron, est à l’étude, selon des sources parlementaires. Ces élections sont prévues le 24 septembre et doivent renouveler les sièges des sénateurs des départements allant de l’Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales, ceux de l’Ile-de-France, de la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, la Nouvelle-Calédonie, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, et 6 sièges des sénateurs des Français établis hors de France. Soit 170 sièges sur les 348 de la Haute-Assemblée.

Or, Emmanuel Macron a annoncé qu’il souhaitait le vote d’une loi organique, qui concerne l’organisation et le fonctionnement de l’État, au deuxième semestre de cette année pour diminuer le nombre de parlementaires et introduire une dose de proportionnelle pour les députés. Résultat, pour appliquer le plus rapidement possible la diminution du nombre de sénateurs, le prochain gouvernement pourrait décider de reporter d’un an les élections sénatoriales, indique-t-on au Sénat, confirmant ainsi une information du Bulletin Quotidien.

14h50: Manuel Valls encore moqué sur Twitter

Sur Twitter, certains s’en donnent à cœur joie alors que le supplice chinois subit par l’ancien Premier ministre depuis hier se poursuit.

>> A lire: Les déboires politiques de Manuel Valls inspirent des internautes

Après avoir indiqué qu’il serait « candidat de la majorité présidentielle » aux législatives de juin, le président de la commission d’investitures de La République en marche ! a prévenu ce matin qu’il ne remplissait pas « à ce jour » les conditions d’une telle investiture. Ce midi le hashtag #VallsEnMarcheVersPoleEmploi fait un carton. Petit florilège :

 

13h50: Emmanuel Macron à l’Hôtel de Ville de Paris dimanche

Emmanuel Macron sera reçu, comme le veut la tradition républicaine pour un président de la République nouvellement élu, à l’Hôtel de Ville de Paris la semaine prochaine, a-t-on appris mardi auprès du cabinet de la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo.

Le jour et l’heure « ne sont pas totalement actés », selon le cabinet, mais le nouveau président ne s’y rendra pas dimanche, jour de la passation de pouvoir avec François Hollande.

La cérémonie prévoit un accueil dans la cour de l’Hôtel de Ville, un entretien en tête-à-tête dans le bureau de la maire, une présentation par la maire au président des représentants de la municipalité et un discours de la maire dans la salle des fêtes, suivi d’un discours du président de la République.

13h26: La situation de Manuel Valls est en réalité examinée par la commission nationale des conflits après une décision prise le 6 avril

 

13h16: Les déboires politiques de Manuel Valls inspirent des internautes

Sur Twitter, des internautes excédés après 6 mois d'une campagne présidentielle dense, observent ces manœuvres politiques avec délectation. Et en profitent pour sortir leurs meilleures vannes. C'est à lire par là.

13h10: Menacé d’exclusion du PS, Valls « ne facilite pas le boulot », selon Cambadélis

Manuel Valls « ne facilite pas le boulot » de la commission des conflits, saisie de son cas début avril pour une éventuelle exclusion du PS après son soutien à Emmanuel Macron, a estimé mercredi le patron du parti Jean-Christophe Cambadélis sur Beur FM.

« Je ne veux pas peser sur la commission des conflits, elle va prendre sa décision en toute indépendance mais force est de constater qu’il (Manuel Valls) ne facilite pas le boulot » en annonçant vouloir briguer l’investiture (aux législatives) du mouvement fondé par Emmanuel Macron, a affirmé le Premier secrétaire, interrogé sur une possible exclusion de l’ancien Premier ministre.

12h56: Le dernier conseil émouvant pour Najat Vallaud-Belkacem

« C’est quand même 5 ans de notre vie, 5 ans d’un engagement, d’un investissement d’une intensité extraordinaire. Finalement, ces 5 ans sont passés très vite. J’ai l’impression que ça a duré 5 minutes mais pendant lesquels j’aurai pris 25 ans. Donc refermer ce cahier-là n’est pas simple », a déclaré ce matin la ministre de l’Education.

 

12h50: Le lapsus de Hollande lors de son discours amuse

Un lapsus a échappé à François Hollande au cours de son discours. Il a évoqué un « crime de lèse-majesté », en lieu et place d’un crime de « lèse humanité », lors de la cérémonie commémorative de l’abolition de l’esclavage.

Un lapsus accueilli par des rires. « Il pouvait même arriver que la majesté puisse être lui-même un criminel de lèse humanité », s’est habilement rattrapé François Hollande, applaudi par son auditoire.

 

12h48 : Emmanuel Macron poursuit son bain de foule au jardin du Luxembourg

Cela fait une demi-heure qu’il se prête aux selfies et qu’il discute...

12h43: Au jardin du Luxembourg, c’est l’émeute autour d’Emmanuel Macron

Et s’il se prête à des selfies, François Hollande est moins sollicité.

François Hollande monte dans sa voiture sans avoir eu l’occasion de dire au revoir à son successeur.

12h38: Cette cérémonie était « une transmission », selon Hollande

Il est actuellement interviewé par BFMTV. « Emmanuel Macron aura l’occasion de poursuivre ce que j’ai fait », a déclaré François Hollande. Il semble dans cette petite interview insister sur sa « paternité politique » vis-à-vis d’Emmanuel Macron. « Comment puis-je être utile à mon pays, c’est la question que je vais me poser maintenant », déclare-t-il.

12h33: Macron va quitter Paris pour aller aux obsèques de Corinne Erhel

La députée est morte la semaine dernière, après un malaise lors d'un meeting d'En marche! La cérémonie est prévue à 16h. 

12h31: La prochaine fois que l'on verra Hollande et Macron côte à côte, ce sera dimanche

Mais les équipes rapprochées des deux hommes se rencontrent chaque jour en ce moment. 

12h29: « Si Macron nomme un Premier ministre de droite, il faudra en tenir compte », déclare Gilles Boyer

« Je comprends ceux qui parmi nous ont envie de participer à cette tentative de redressement du pays indispensable », a déclaré le juppéiste Gilles Boyer, candidat LR dans les Hauts-de-Seine, sur RTL.

« Et si Emmanuel Macron désigne lundi un Premier Ministre qui appartient aux Républicains ou appartient à la famille de la droite et du centre, nous ne pouvons pas ne pas en tenir compte », a déclaré l’ancien directeur de campagne d’Alain Juppé à la primaire de la droite.

12h19: Najat Vallaud-Belkacem en larmes

 

12h18: « Nous devons continuer à nous battre contre l’indifférence »

« La France n’est vraiment la France que lorsqu’elle porte la voix de la liberté », lance-t-il. « Voilà le message du 10 mai (…) Il vous revient maintenant cher Emmanuel de le porter dans le monde. Vive la République, vive la France », termine-t-il, avant d’être applaudi très longtemps.

 

12h11: Hollande annonce la création d’une fondation pour la mémoire de l’esclavage et des traites

Elle sera présidée par Jean-Marc Ayrault. La fondation travaillera à la création d’un monument et d’un musée, annonce le président.

Il rend hommage aux différentes actions des présidents français pour reconnaître la responsabilité de la France dans certains sombres moments de l’histoire. Il défend ensuite son bilan concernant ses actions mémorielles.

 

12h00: Hollande démarre son dernier discours

« Cher Emmanuel Macron, je suis heureux de votre présence ici », déclare-t-il.

« Il faut dépasser les clivages pour nous hisser au niveau des exigences de la République », déclare-t-il, avant d’enchaîner sur son discours relatif à la lutte contre l’esclavage. Evoquant la loi Taubira, il est applaudi. « Il a fallut du temps et bcp de combat pour que cette mémoire soit reconnue par la République », commente-t-il.

Il fait même de l’humour et suscite des rires dans l’assistance.

 

11h57: Hidalgo, Aubry, Taubira, des intellectuels, lancent « Dès demain », mouvement humaniste

Les maires socialistes de Paris et de Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, l’ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira, des intellectuels et artistes, ont lancé mercredi « Dès demain », un « mouvement d’innovation » ouvert à « tous les humanistes qui croient encore en l’action ».

Dans une tribune publiée dansLe Monde, quelque 160 signataires appellent leurs concitoyens à un « sursaut », en annonçant le lancement de ce « grand mouvement d’innovation pour une démocratie européenne, écologique et sociale, intitulé "Dès demain" ».

11h55: Ségolène Royal a «le sentiment que quelque chose continue»

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a exprimé mercredi à l'issue du dernier Conseil des ministres du quinquennat Hollande «le sentiment que quelque part quelque chose continue, avec un nouvel élan», après l'élection d'Emmanuel Macron.

S'adressant à la presse dans la cour de l'Elysée, Ségolène Royal a décrit un «moment à la fois solennel, un moment grave, mais qui n'est pas triste, parce que qu'on sait que de toute façon le travail accompli, on en est fier».

 

11h53: Hollande a mis l’accent sur l’importance du « dialogue social » lors du dernier Conseil des ministres

C’est Stéphane Le Foll qui le raconte à son point presse. Un message implicite à son successeur, Emmanuel Macron qui prévoit de gouverner par ordonnances au début de son mandat.

Le président de la République a estimé que « le dialogue social avait été un sujet, un marqueur très fort » de son quinquennat ajoutant qu'« à chaque fois qu’on l’oubliait, cela pouvait coûter cher », a rapporté Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement.

11h50: Hollande va tenir le dernier discours de son quinquennat au jardin du Luxembourg

11h46: Bruno Le Roux ne sera pas candidat aux législatives

L’ancien ministre de l’Intérieur, contraint de démissionner après la révélation de l’emploi de ses filles à l’Assemblée nationale, ne se représentera pas dans la première circonscription de Seine-Saint-Denis pour les élections législatives, a annoncé à l’AFP Yannick Trigance, investi mardi dans sa circonscription par le Parti socialiste.

11h43: Surprise, surprise, le comique Gérald Dahan sera candidat aux législatives de La France Insoumise

 

11h41: Marion Marchal-Le Pen écrit à ses administrés

 

11h39: Pour le Foll, c'est la dernière aussi

 

11h30: La direction FN demande aux cadres d’insister sur la dimension « personnelle » du retrait de Maréchal-Le Pen

Nicolas Bay, numéro trois du Front national, a demandé mercredi dans un message aux « cadres et élus du Front national », consulté par l’AFP, de « dissiper les interprétations erronées » quant à une dimension politique et non « avant tout personnelle » du retrait temporaire de Marion Maréchal-Le Pen

11h22: « Une procédure est en cours » au PS contre Valls annonce Cambadélis

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, vient d’annoncer sur BeurFM qu' « une procédure est en cours. Manuel Valls est déféré devant la commission des conflits ».

 

11h18: Hollande et Macron sont ensemble en ce moment

 

11h15: Les photos des dernières jours de Hollande en tant que président

 

11h05: C'est le dernier conseil des ministres de Hollande aujourd'hui

François Hollande a présideé mercredi l'ultime Conseil des ministres de son quinquennat auquel a participé le gouvernement au grand complet.

 

11h: Les communes pourront choisir comme l'avait annoncé Macron

D'ailleurs, cette proposition est redouté par certains enseignants, comme on vous l'explique ici. 

10h58: Le projet LR tente en effet de concilier les propositions de Fillon, Sarkozy et Juppé...

 

10h50: Baroin propose un geste envers les ménages

Dans le nouveau projet LR pour les législatives, leur chef de file explique qu’ils veulent « rendre du pouvoir d’achat aux Français », notamment en baissant de 10 % l’impôt sur le revenu « pour tous les ménages » et en relevant le plafond du quotient familial.

 

 

 

 

10h45: 20 Minutes a tenté sa chance pour être investi par En marche!

L'article de notre journaliste est à lire  ici. 

 

10h32: Une vidéo sur les nouvelles ambitions de Benoît Hamon

 

10h30: Pourtant certains militants PS, c'est logique que Valls veuille rallier En marche!

 

10h27: Le départ de Hollande de l'Elysée inspire les dessinateurs 

 

10h13: Marine Le Pen justifie à sa manière le départ de Marion Maréchal-Le Pen

 

10h05: Le départ de Hollande traité en profondeur par Libération

 

10h02: La claque reçue par Valls ce matin inspire les dessinateurs

 

9h59: Philippot ne veut pas épiloguer sur le départ de Marion Maréchal-Le Pen

 

9h53: Décidement, Valls se prend une volée de bois vert...

 

9h46: Sur France Inter, Hamon a taclé serieusement Valls

 

9h30: Gilles Boyer « comprend » les Républicains qui se rapprochent d’En marche !

L’ancien directeur de la campagne d’Alain Juppé estime qu’une exclusion systématique de ceux qui rejoignent Emmanuel Macron, comme le propose François Baroin, serait trop sévère : « J’aimerai qu’au sein de nos familles politiques, on arrête cette dialectique de l’invective, de l’insulte, de l’exclusion, à l’encontre de ceux qui sont tentés de faire un choix différent du mien, du nôtre », a-t-il expliqué, ajoutant « je comprends ceux qui parmi nous ont envie de participer à cette tentative de redressement du pays qui est indispensable ».

9h17: Bruno le Roux annonce qu’il ne sera pas candidat aux législatives

« C’est une décision que Bruno Le Roux a prise lui-même », a précisé ce mardi soir son suppléant, Yannick Trigance, investi mardi dans sa circonscription par le Parti Socialiste.

9h14: Le futur mouvement de Benoît Hamon sera « transpartisan »

Au micro de Franceinter, Benoît Hamon a donné plus de précisions sur son futur mouvement : « Le 1er juillet, je lancerai un mouvement large qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyen, c’est un mouvement qui sera transpartisan. »

9h09: Certains médias annoncent la nomination de François Bayrou comme ministre de la Justice et garde des Sceaux

Selon le journal Sud-Ouest, la décision « est quasiment actée ».

Mais selon la République des Pyrénées, le maire de Pau a immédiatement démenti : « C’est intégralement faux ! », aurait-il réagi.

9h05: Benoît Hamon va lancer un mouvement pour « reconstruire une gauche inventive »

Après avoir annoncé ce matin qu’il était dans l’opposition à Emmanuel Macron, le candidat PS a posté un message sur son compte Twitter, évoquant la création d’un mouvement pour « reconstruire une gauche inventive ». Mais sans pour autant quitter le Parti socialiste.

 

9h02: La déclaration d’En marche ! à Manuel Valls, de « l’arrogance » pour François Rebsamen

Sur franceinfo, le maire de Dijon a réagi à cette déclaration : « On ne doit pas essayer d’humilier les gens, il y a un peu d’arrogance. »

8h58: Pour Mélenchon, En marche ! est « sévère avec Valls »

Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé sur le refus du parti d’Emmanuel Macron de présenter Manuel Valls aux législatives : « Ah ça En marche ! ils sont sévères avec Valls, même moi je suis plus cool (…) Monsieur Macron ne veut pas de M. Valls mais il veut bien du PS comme allié subalterne, ça me fait bien marrer ». 

 

8h50: Jean-Luc Mélenchon en profite pour régler ses comptes avec le parti communiste

« Il n’y a pas tout à fait 577 candidats de la France Insoumise aux législatives » a expliqué Jean-Luc Mélenchon, expliquant que dans certains départements, des alliances avaient été faites avec des candidats non affiliés à la France insoumise. Revenant sur les propos de Pierre Laurent qui annonçait une alliance entre les deux partis, Jean Luc Mélenchon a répondu : «Pierre Laurent ment et a sacrifié tous ses camarades.» 

8h46: Marseille sera-t-elle la ville du député Mélenchon ?

Jean-Luc Mélenchon annonce qu’il est « probable » qu’il soit candidat aux législatives à Marseille. « Je suis parachuté. Mais je suis partout chez moi, la France, c’est mon pays », a-t-il expliqué.

 

8h37 : Jean-Luc Mélenchon est candidat à l’élection législative

Invité au micro de Jean-Jacques Bourdin, le leader de la France insoumise est revenu sur l’élection d’Emmanuel Macron avant d’annoncer sa candidature : « Je respecte sa fonction. Il est élu, je lui présente mes vœux pour sa mission. Après je vais le combattre implacablement (…) Je me présente donc, avec mes amis, à l’élection législative. Je vais le combattre. Nous partons conquérant, nous voulons renverser la situation ».

8h30: Manuel Valls ne remplit pas les critères d’investiture d’En Marche !

Jean-Paul Delevoye, le président de la commission d’investiture de la République en Marche ! vient de l’annoncer sur Europe 1. « A ce jour, il n’est pas dans les critères d’acception de sa demande d’investiture (…) Il n’est pas forcément opportun pour le mouvement En marche ! d’intégrer cette candidature quel que soit le passé », a-t-il expliqué.

 

8h28: « Je suis et je serai dans l’opposition à Emmanuel Macron », explique Benoît Hamon

Le candidat socialiste à la présidentielle s’est exprimé ce mercredi matin sur France Inter. Benoît Hamon a expliqué qu’il souhaitait à Macron de réussir mais qu’il ne croyait pas à son projet.