Présidentielle: Plus de 50.000 policiers et gendarmes mobilisés pour le second tour

PRESIDENTIELLE Ils s'ajoutent aux militaires de l’opération Sentinelle et aux polices municipales...

M.C. avec AFP

— 

Des policiers à Paris devant la tour Eiffel, le 5 mai 2017.
Des policiers à Paris devant la tour Eiffel, le 5 mai 2017. — Michel Euler/AP/SIPA

Comme pour le premier tour de la présidentielle, ce dimanche sera placé sous « des conditions de sécurité maximales », selon le ministère de l’Intérieur. Des dizaines de milliers de policiers et gendarmes ont ainsi été mobilisés pour assurer la sécurité des bureaux de vote, des rassemblements et des manifestations post-résultats.

>> A lire aussi : Le vote a débuté aux Antilles et à Saint-Pierre-et-Miquelon

« Comme lors du premier tour de scrutin, plus de 50.000 policiers et gendarmes seront engagés dimanche, aux côtés des militaires de l’opération Sentinelle et des polices municipales, pour assurer la sécurité aux abords des bureaux de vote et pour intervenir immédiatement en cas d’incident », a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet.

À l’intérieur et aux abords immédiats du bureau, « le président du bureau de vote a seul la police de l’assemblée » et « nulle force armée ne peut sans son autorisation être présente », rappelle le ministère.

>> A lire aussi : L'ensemble des bureaux de vote de Paris sécurisés pour le second tour

La totalité des bureaux de vote parisiens « couverts par un dispositif de sécurité »

L’attentat qui a coûté la vie à un policier le 20 avril sur les Champs-Elysées et l’arrestation vendredi d’un homme radicalisé projetant probablement un attentat près d’une base militaire en Normandie, ont donné corps aux affirmations des autorités selon lesquelles la menace terroriste n’a jamais été aussi « forte » durant cette campagne présidentielle. Celle-ci est organisée pour la première fois sous le régime de l’état d’urgence.

>> MacronLeaks: François Hollande assure que «rien ne sera laissé sans réponse»

À Paris, la « totalité des 896 bureaux de vote répartis sur 585 sites seront couverts par un dispositif de gardiennage et de sécurité », soit par des agents de la ville, soit par des agents de sécurité privés, de 7h à 23h, selon Bruno Julliard, premier adjoint de la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

Une initiative municipale qui s’ajoute à la mobilisation de 12.000 policiers et militaires sur l’agglomération parisienne, dont 5.000 effectifs spécifiquement dédiés à la sécurisation du scrutin et à la garantie de l’ordre public, selon la préfecture de police.

Les célébrations sous haute surveillance

Les célébrations post-résultats seront également placées sous haute surveillance. L’équipe d’Emmanuel Macron a déjà annoncé qu’en cas de victoire, le candidat d’En Marche célébrera son succès sur l’esplanade du Louvre, mais les lieux où Marine Le Pen pourrait fêter sa victoire n’ont pas été divulgués.

>> A lire aussi : L'extrême droite soupçonnée de violences dans un local lyonnais d'En Marche !

Une cellule de suivi sera, comme lors du premier tour, activée dans les locaux du ministère de l’Intérieur, place Beauvau, « de manière à adapter en permanence les dispositifs de sécurité et prévenir et contenir les éventuels troubles à l’ordre public qui pourraient survenir ».

Quel que soit le résultat de dimanche soir, les autorités et les forces de l’ordre ne font pas mystère de leurs craintes de possibles violences, en particulier venant de groupuscules liées à l’ultragauche. « Nous pouvons craindre des mouvements violents de mécontentement de militants », estime dans un communiqué le syndicat Alternative Police (minoritaire), qui appelle « les policiers à la plus grande prudence et à la plus grande vigilance afin de ne pas s’exposer plus que nécessaire ».