Le FN aurait adopté des positions pro-Moscou en échange d'un prêt russe de 9 millions d'euros

FINANCEMENT Le FN se serait rangé du côté russe sur le dossier ukrainien pour obtenir ce prêt…

Manon Aublanc

— 

Vladimir Poutine et Marine Le Pen au Kremlin à Moscou, le 24 mars 2017.
Vladimir Poutine et Marine Le Pen au Kremlin à Moscou, le 24 mars 2017. — MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK / AFP

Selon le site Mediapart, le Front national aurait adopté en 2014 une position pro-Moscou dans le dossier ukrainien en échange d’un prêt d’une banque russe de plus de 9 millions d’euros.

>> A lire aussi : Présidentielle 2017: Marine Le Pen a fait 45 demandes de prêt à des banques étrangères

Des rencontres pour peaufiner l’accord 

Le site d'investigations a publié, en collaboration avec Re:Baltica, une enquête sur les dessous du financement du parti de Marine Le Pen. Alexandre Babakov, oligarque russe et conseiller influent de Vladimir Poutine en charge des relations avec les organisations de son pays à l’étranger aurait mis en relation le Front national et trois banques russes entre 2014 et 2016. C’est ce même homme qui aurait permis à Marine Le Pen de contracter un prêt de plus de 9 millions d’euros auprès de la banque First Cezch-Russian Bank (FCRB) en 2014 pour financer la campagne des départementales de 2015.

>> A lire aussi : Présidentielle 2017: Un élu américain réclame une enquête sur les relations entre Poutine et Le Pen

L’enquête explique que les rencontres, qui se sont faites à Genève ou dans un palace parisien, se font entre Alexandre Babakov ou son intermédiaire letton Vilis Dambis et des membres du FN : Jean-Luc Schaffhauser, membre de l’équipe de campagne de Marine Le Pen ou encore Wallerand de Saint-Just, le trésorier du parti. Mediapart assure également que « deux interlocuteurs russes de Schaffhauser (Alexander Vorobyev et Mikhail Plisyuk) sont directement liés à certains voyages et prises de position du Front national ». Ainsi, on apprend qu’Alexander Vorobyev aurait transmis par mail à Jean-Luc Schaffhauser un « exemple de déclaration » sur la situation en Ukraine. Ce dernier renvoie à son interlocuteur : « Marine est prête à envoyer un communiqué à Reuters. » Jean-Luc Schaffhauser aurait repris mot pour mot ce communiqué au Parlement européen, le 17 juillet 2014. Coincidence ? Peu de temps après, un prêt a été accordé au FN.

>> Qui d'Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.

​​