«Honte», «trahison», «faute politique et morale»... Dupont-Aignan dézingué par la droite après son soutien à Le Pen

POLEMIQUE Les critiques se multiplient après la décision du candidat de Debout la France...

M.B.

— 

Alain Juppé s'exprime à l'issue du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017.
Alain Juppé s'exprime à l'issue du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017. — Capture d'écran / France 2

Le soutien de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen vendredi soir ne passe pas du tout à droite et au centre. Mais alors pas du tout. Certains ont même décidé de sortir l’artillerie lourde.

>> Suivez en direct la campagne de l'entre-deux-tours

Dès sa décision connue, François Bayrou a affirmé sur Twitter que ce soutien représentait une « immense honte » pour quelqu’un se disant « gaulliste ». Nicolas Dupont-Aignan avait d’ailleurs travaillé dans le cabinet de François Bayrou quand celui était ministre de l’Education à la fin du second septennat de François Mitterrand.

Ce samedi matin, au micro d’Europe 1, Jean-FrançoisCopé, député-maire LR de Meaux et ancien président de l’UMP s’est dit « consterné. J’ai toujours reconnu à Nicolas Dupont-Aignan une vraie conviction par rapport à ses convictions gaullistes et je considère que l’alliance qu’il vient d’annoncer avec Marine Le Pen est une immense faute à la fois politique et morale ». « C’est une faute majeure qu’il a commise en ralliant, comme il l’a fait, Marine Le Pen pour un plat de lentilles » « Le gaullisme et l’extrême droite, c’est totalement antinomique, totalement contradictoire. On ne peut pas se réclamer de l’un et soutenir l’autre, c’est impossible »

« Marine Le Pen peut gagner sur un malentendu »

De son côté, Alain Juppé a lui parlé de « la trahison de Nicolas Dupont-Aignan ». Sur sonblog, ll a de nouveau invité les électeurs à voter Macron pour éviter « le malheur du FN ». « Ce qui paraissait impossible il y a peu de temps encore n’est plus aujourd’hui improbable : Marine Le Pen peut devenir la Présidente de la République française ; à tout le moins le score du Front National au deuxième tour peut dépasser la barre des 40 %, voire des 45 %, ce qui serait déjà un coup de tonnerre politique », selon Alain Juppé. « Il faut maintenant que chacun comprenne que Marine Le Pen peut gagner sur un malentendu », a renchéri Jean-François Copé.

Par ailleurs, Stéphane Tiki, ex-président des Jeunes Républicains a parlé d’imposture au sujet de la décision de Nicolas Dupont-Aignan.

>> A lire aussi: Après le soutien de Dupont-Aignan à Marine Le Pen, plusieurs cadres de Debout la France démissionnent

Nicolas Dupont-Aignan «montre son vrai visage, celui de la trahison» et a perdu son «honneur» avec son alliance avec Marine Le Pen, a jugé de son côté un peu plus tard le secrétaire général de LR Bernard Accoyer, appelant les anciens électeurs du souverainiste à «rejoindre Les Républicains».

«Pitoyable» et «répugnant» a renchéri le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde