Présidentielle: «Voir Marine Le Pen en vrai», «des enjeux plus grands qu’avant»… Des sympathisants racontent leur premier meeting FN

TEMOIGNAGES Pour plusieurs des sympathisants venus voir Marine Le Pen ce jeudi soir à Nice, ce meeting est une première…

Anne-Laëtitia Béraud
— 
Des sympathisants venus au meeting de Marine Le Pen le 27 avril 2017 à Nice
Des sympathisants venus au meeting de Marine Le Pen le 27 avril 2017 à Nice — A-L.BERAUD/20 Minutes

De notre envoyée spéciale à Nice (Alpes-Maritimes),

Marine Le Pen fait son premier meeting de l’entre-deux-tours ce jeudi soir à Nice, dans les Alpes-Maritimes. Une ville « si particulière, si chaleureuse, si bienfaisante » pour la candidate FN à l’élection présidentielle engagée dans un match avec Emmanuel Macron pour l’Elysée.​ A Nice, plusieurs des sympathisants viennent pour la première fois de leur vie à un meeting. Ils racontent à 20 Minutes pourquoi ils sont venus ce soir…

>> Notre live politique du jour est à retrouver par ici

Nathalie Semperé, 50 ans, Nice

« Je veux le changement après la débâcle du premier tour. D’ailleurs, je quitterai la France si Marine Le Pen ne passe pas. Je suis sérieuse, je commence déjà à me préparer à aller à l’étranger. Ce meeting, c’est une première fois car les enjeux sont plus importants cette année, pour la sécurité ou pour l’emploi. Avec ce meeting, je vais enfin la voir Marine Le Pen en face, et cette fois il n’y aura pas de coupe comme dans les interviews télés. Parce qu’avec ces coupes à la télé, on ne l’entend jamais et puis on ne sait pas trop comment c’est fait. Donc là, c’est une première. »

Bruno Hombourger, retraité, de Nice

« J’ai un intérêt pour les idées de Marine Le Pen. Je suis vraiment contre l’Union européenne, et puis je suis sensible à l’identité française parce que l’immigration, c’est plus possible comme cela. Je ne suis jamais allé à un meeting avant. Je n’ai jamais été à un meeting du FN, car avant c’était Le Pen père, et il faisait peur. Mais maintenant ça a changé, et j’en ai ras le bol. Et puis Marine Le Pen vient chez nous à Nice, donc je me déplace pour aller la voir. Ce sera aussi l’occasion de voir l’ambiance, la convivialité, d’être entre nous. »

Alexandre Litou, 28 ans, de Nice

« Avant j’étais étudiant et je ne m’intéressais pas vraiment à la politique. Et puis quand je suis entré dans le monde du travail, je me suis rendu compte des choses qui n’allaient pas. Je me suis rendu compte que la politique a une influence sur le travail. Donc je viens pour la première fois voir Marine Le Pen, parce que cette campagne est extrêmement importante et parce que j’ai envie de voir la personne, en vrai. Voir ce que ça donne. »

Des sympathisants venus au meeting de Marine Le Pen à Nice le 27 avril 2017
Des sympathisants venus au meeting de Marine Le Pen à Nice le 27 avril 2017 - A-L. BERAUD/20 Minutes

Valérie « Valou » Chalus, d’Antibes

« J’étais encartée à l’UMP jusqu’en 2012, et puis quand Nicolas Sarkozy est parti c’était fini. J’ai pris ma carte au FN. Je ne suis jamais allée à un meeting avant, ça ne m’intéressait pas d’y aller. J’avais ma carte mais je n’étais pas vraiment investie. Au contraire d’aujourd’hui. Venir aujourd’hui, c’est voir la ferveur, c’est se sentir patriote, Français et entre nous. On se donne les uns les autres, on se retrouve entre nous et c’est bien. »

Brigitte, indépendante, de Nice

« Je n’ai pas toujours été une passionnée de la politique. D’ailleurs, je ne m’intéresse pas au parti, mais aux idées de Marine Le Pen. Je suis un peu girouette, car François Fillon avait des idées intéressantes aussi. C’est une femme chaleureuse, c’est une personnalité qui donne envie. Elle est capable de nous motiver. C’est pour ça que je viens aujourd’hui. Et puis comme petite indépendante, j’ai un intérêt personnel à voter pour elle. »

Christian, de Nice

« Je suis Marine Le Pen depuis pas mal de temps. Aujourd’hui je viens avec des amies, mais je crois que je serai aussi venu tout seul si cela avait été le cas. Avant j’étais pas trop intéressé par la politique. Ça a changé, parce qu’il y a les entreprises qui ferment, et puis à cause de l’immigration. Voir Marine Le Pen en chair et en os, c’est ressentir avec les autres ce soir. C’est voir ce qu’elle dégage, voir son aura. D’ailleurs je suis sûr à 90 % qu’elle passera le 7 mai. »