Les Républicains: La primaire? Brice Hortefeux ne veut plus en entendre parler

DECLARATION L'ancien ministre de l'Intérieur était un micro d'«Europe 1» ce mardi matin... 

Manon Aublanc avec AFP

— 

Brice Hortefeux lors de son arrivée au Bureau Politique des Républicains, au siège du parti à Paris, le 24 avril 2017.
Brice Hortefeux lors de son arrivée au Bureau Politique des Républicains, au siège du parti à Paris, le 24 avril 2017. — Martin BUREAU / AFP

L’ancien ministre (Les Républicains) Brice Hortefeux, proche de Nicolas Sarkozy, a jugé ce mardi que la droite ne devrait plus organiser à l’avenir de primaire pour désigner son candidat à l’élection présidentielle, après l’élimination de François Fillon au premier tour.

« La primaire, première et dernière », a résumé Brice Hortefeux sur Europe 1.

>> A lire aussi : Primaire à droite: Pourquoi les sondages n’ont pas anticipé la volatilité des électeurs (et l’écrasante avance de Fillon)

La droite avait toujours été présente au second tour depuis 1958

« Comment persévérer dans un système qui aboutit à ce que les deux candidats qui se sont pliés à l’exercice de la primaire soient éliminés dès le premier tour ? Et que les deux candidats qui s’en sont totalement exonérés soient aujourd’hui les gagnants du premier tour ? », s’est interrogé l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy. « Comment continuer avec un système qui aboutit à ce que les deux grands courants d’opinion de la Ve République soient aussi balayés dès le premier tour ? En tout cas pour la droite c’est la première fois depuis 1958 », a poursuivi Brice Hortefeux.

>> A lire aussi : Primaire à droite: François Fillon champion de la droite

Les soutiens de Nicolas Sarkozy, longtemps réticents au principe d’une primaire ouverte de la droite, s’y étaient ralliés avant le retour sur la scène politique de l’ancien président. La droite a organisé en novembre la première primaire ouverte de son histoire, remportée haut la main par François Fillon devant les deux favoris des sondages Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. « Nous avons vécu une immense déception », a également déclaré Brice Hortefeux. « Des millions de Français espéraient, attendaient, croyaient en l’indispensable alternance après des années de fiasco économique, social, migratoire, fiscal et autre ».