Mon bulletin dans ton urne: Macron ciblé par des hackers russes, manifs contre Le Pen et abstentionnistes trollés

PRESIDENTIELLE Chaque matin, «20 Minutes» vous livre les trois informations marquantes de la campagne…

M.C.

— 

Emmanuel Macron en mars 2015.
Emmanuel Macron en mars 2015. — JACQUES DEMARTHON / AFP

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’ quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

Emmanuel Macron a bien été ciblé par les hackers russes de Fancy Bear

Comme Hillary Clinton, Emmanuel Macron se trouve dans la ligne de mire de Moscou. Alors que l’équipe de campagne du candidat affirmait mi-février subir « des centaines, voire des milliers de cyberattaques venant des frontières russes », Trend Micro l’a confirmé ce lundi. Dans un rapport qui devait être publié dans la nuit, la société de sécurité informatique accuse le groupe de hackers russes à la solde de Moscou, Pawn Storm – plus connu sous le nom Fancy Bear – d’avoir pris pour cible Emmanuel Macron et ses collaborateurs.

Des centaines de personnes se rassemblent à Paris pour dire « non au FN »

En 2002, il avait huit ans quand Jean-Marie Le Pen a éclipsé Lionel Jospin pour affronter Jacques Chirac au second tour de la présidentielle. Quinze ans plus tard, pour sa première présidentielle en tant qu’électeur « le FN est toujours là, son score risque d’être encore plus haut que celui de Jean-Marie Le Pen », s’inquiète Maxime Bureau, 22 ans, du syndicat étudiant Unef. Comme lui, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées lundi soir sur la place de la République à Paris, à l’appel de SOS Racisme pour dire « non au FN » et appeler à se mobiliser au second tour de l’élection.

>> A lire aussi : 160 proches de Hollande appellent à voter Macron dans une tribune

Les Mélenchonistes abstentionnistes se font troller sur les réseaux sociaux

Au lendemain du premier tour de la présidentielle, de nombreux électeurs ont fait part sur les réseaux sociaux, sous le hashtag #sansmoile7mai, de leur déception d’avoir à choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour le second tour du scrutin. Une façon de dire sans équivoque qu’il ne faudra pas compter sur eux dans quinze jours pour aller mettre un bulletin dans une urne.

>> Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle (IPSOS) :

>> Comment a voté votre commune ? Les résultats de l’élection présidentielle, ville par ville.