VIDEO. Présidentielle: Malgré une campagne sans risque, Marine Le Pen remporte son (premier) pari

PORTRAIT Marine Le Pen, présidente du Front national, est qualifiée pour le second tour de cette élection…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Marine Le Pen, candidate du Front national, le 19 avril 2017 en meeting à Marseille
Marine Le Pen, candidate du Front national, le 19 avril 2017 en meeting à Marseille — Michel Euler/AP/SIPA
  • Marine Le Pen est qualifiée pour le second tour
  • Sa campagne a été plutôt terne
  • Accéder à l'Elysée face à Macron semble, à priori, impossible

Pari gagné pour Marine Le Pen. La présidente du Front national obtient ce dimanche selon l’institut Ipsos 23,7 % des voix, se qualifiant pour le second tour de cette élection présidentielle. Un score bien supérieur aux 18 % récoltés en 2012. Elle recueille au moins un million de voix de suffrages en plus par rapport à il y a cinq ans.

>> Suivez en direct les résultats et les réactions à ce premier tour de l'élection présidentielle

Et ce, malgré des sondages qui montraient un certain tassement depuis quelques jours, avec un Emmanuel Macron parfois annoncé en tête au premier tour du scrutin. L’attentat sur les Champs-Elysées, jeudi soir, aura-t-il motivé un vote en faveur du Front national ?

Une campagne sans risque

« Même si elle fera probablement un score très important, sa campagne me fait penser à Lionel Jospin en 2002. Celle d’un favori qui ne prend aucun risque et prépare le second tour avant le premier », expliquait récemment à 20 Minutes Nicolas Lebourg, spécialiste du FN. Par ailleurs, « au grand jeu du chamboule-tout des primaires, elle a perdu beaucoup avec les défaites de Valls et Sarkozy qui venaient la chercher sur le terrain de l’Islam. Aujourd’hui, elle se retrouve obligée de parler d’économie, un sujet qu’elle maîtrise moins et qui fait encore peur », relève Nicolas Lebourg.

Résultat, dans la dernière ligne droite, Marine Le Pen a changé de stratégie avec les polémiques sur la rafle du Vel d’hiv’ou sur la colonisation. Et elle a même durci le ton lors de ses derniers meetings surfant sur les thèmes chers à l’électorat Front national comme l’immigration et l’hostilité à l’Union européenne. Elle a enfoncé le clou dans la foulée de l’attentat sur les Champs-Elysées jeudi dernier estimant que « depuis dix ans, sous les gouvernements de droite et de gauche, tout a été fait pour que nous perdions » la « guerre » contre le terrorisme.

Sur les traces de son père

Les affaires ont également pesé sur sa campagne même si le poids n’a pas été aussi important que pour la candidature de François Fillon : Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur une grosse vingtaine d’emplois douteux d’assistants de députés européens, rémunérés par Bruxelles mais travaillant pour le parti. Le financement du FN et de ses campagnes électorales pour les législatives et la présidentielle de 2012 fait l’objet d’une autre enquête judiciaire. Des responsables de « Jeanne », le microparti de Marine Le Pen, et de Riwal, le principal prestataire de services du FN, auraient mis en place un système frauduleux. Une enquête parlementaire a été enfin lancée sur des soupçons entourant le financement du FN via des emprunts russes, ce qui est formellement interdit par la loi.

Reste qu’au final, Marine Le Pen, qui avait dirigé la campagne de son père en 2002, se trouve comme lui, 15 ans plus tard, au second tour de l’élection présidentielle. Mais le plus dur reste à faire. Face à un « plafond de verre » et un « front républicain », la candidate est toujours donnée perdante par les enquêtes d’opinion. aussi sûr que les sondages la donnaient qualifiée pour le second tour, ils ont toujours vu Marine Le Pen nettement battue au second tour par l'ancien ministre de l'Economie, avec une marge de vingt points. 

Même si la patronne du FN le répète depuis des mois: elle «rêve» d'affronter Emmanuel Macron, la concrétisation du «référendum» qu'elle souhaitait entre sa candidature «patriote» et celle du «mondialiste assumé». Sa nièce Marion Maréchal-Le Pen s'est dès dimanche soir dite satisfaite d'un «clivage clair» avec Emmanuel Macron, évoquant «une grande victoire idéologique» avec l'accession au second tour.

>> Et vous, qu'avez-vous pensé de la campagne de Marine Le Pen? N'hésitez pas à nous donner votre avis dans les commentaires ci-dessous ou à l'adresse contribution@20minutes.fr

>> Estimations des résultats du premier tour de l'élection présidentielle (IPSOS) :

>> Comment a voté votre commune ? Les résultats de l'élection présidentielle, ville par ville.