Présidentielle: «Vivement la fin de cette campagne digne d’une cour d’école maternelle»

VOUS TÉMOIGNEZ Nos internautes nous ont expliqué pourquoi ils accueillent la fin de cette campagne du premier tour avec soulagement…

Delphine Bancaud avec le service participatif
— 
Illustration du ras-le-bol.
Illustration du ras-le-bol. — Pixabay/PDPics
  • Certains de nos lecteurs sont fatigués par la violence de la campagne et le climat des « affaires ».
  • D’autres reprochent le traitement médiatique de l’actualité des candidats.
  • Et d’autres encore n’y croient plus et préfèrent ne plus entendre « de belles promesses ».

Ouf, la campagne du premier tour de la présidentielle se termine. C’est ce que se disent certains de nos internautes que  nous avons interrogés.

Car l’actualité politique de ces derniers mois en a fatigué beaucoup à l’instar de Frédéric : « Il est temps d’aller aux urnes parce que cette campagne a été d’un misérabilisme… En attendant la seconde couche à partir de lundi. Et on a encore les législatives », soupire-t-il. Audrey est encore plus critique : « Je sais plus trop si je dois rire ou pleurer, un sketch, une série du genre Amour, gloire et beauté… Une honte, ridicule, affligeante, sidérante, douteuse, monstrueuse, magouilleuse… ». Et pour Cathy, il ne s’agit pas d’une campagne, « uniquement d'une mauvaise parodie d’émission de téléréalité ». «Oui, vivement la fin de cette campagne digne d’une cour d’école maternelle », renchérit Marie.

« Une campagne qui donne honte »

Pour David, ce sont les « affaires » qui ont touché les candidats qui l’ont épuisé. « Des affaires trop nombreuses qui sortent après les primaires et juste avant les élections… pour des sujets qui sont connus et sont exhibés comme des boules puantes. Alors qu’ils devraient idéalement ne pas exister et au mieux sortir au fur et à mesure », estime-t-il. « Une campagne qui donne honte. Des guignols qui veulent gouverner la France, donner des leçons de conduite, remplir leur tirelire à la sueur du contribuable », s’énerve à son tour Madeleine.

Mais pour certains internautes, c’est le traitement médiatique de la campagne qui est la cause de leur lassitude : « Les journalistes questionnent les petits candidats (comme vous avez décidé de les appeler). J’ai trouvé qu ils n’étaient pas respectés et du coup ça fausse la donne. Il faut changer ce système d'interview et plutôt organiser des débats sur les plateaux télévisés avec des représentants du peuple pour chaque candidat », suggère ainsi Silver Gate. Hoa Pam est assez d’accord : « La prise de position de certains journalistes en faveur de certains candidats est insupportable (…) Heureusement que certains candidats ont leur propre chaîne Youtube », se réjouit-il. « Je ne dis pas qu’il ne fallait pas parler des affaires, mais de là à ne parler que de cela, tous les jours, ça n’a pas permis une campagne sur les programmes, sauf un peu les derniers jours », estime pour sa part Guy. Et selon Sylvain, c’est l’omniprésence de la politique dans les médias ces derniers temps qui est lassante : « Trop de politique tue la politique… Il devrait y avoir une chaîne spécialement pour ça. C’est chiant car ça monopolise les JT », estime-t-il.

« Marre de leurs sketchs de tous les jours »

« Ce qui m’a déplu ? Le militantisme poussé à l’extrême par certains, notamment sur  les réseaux sociaux. Convaincre c’est une chose, endoctriner ç’en est une autre…», s’exclame pour sa part Etienne. Véronique a aussi été heurtée par la violence de cette campagne : « Critiques, commérages, méchanceté gratuite, acharnement à répéter inlassablement toujours les mêmes choses, les mêmes conneries ! A rappeler que c’est une campagne présidentielle, et non pas un tribunal à juger les gens !», s’indigne-t-elle.

Plusieurs internautes semblent totalement désabusés face à la politique, comme Bikette : « Oui, sérieusement marre de leurs sketchs de tous les jours… pour en plus faire du blabla et des promesses qu'ils ne tiendront pas », déplore-t-elle. Et certains citoyens inquiets du futur résultat du premier tour, ont hâte d’être fixés. A l’instar de Pierre : « Beaucoup d’incertitude pour cette élection. Il est grand temps de voter », soupire-t-il. Mais sera-t-il soulagé dimanche ?