VIDEO. Présidentielle: Dialogue tendu entre Jean-Luc Mélenchon et Jean-Jacques Bourdin

DEBAT Le candidat de la France insoumise était l'invité ce matin de Jean-Jacques Bourdin sur le plateau de BFM TV...

L.Br.
— 
Le candidat en visite sur le site de production Trivolution du groupe Cooperatif Demain, le 19 avril 2017.
Le candidat en visite sur le site de production Trivolution du groupe Cooperatif Demain, le 19 avril 2017. — JC TARDIVON/SIPA

Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur le plateau de BFM TV ce jeudi. L’occasion pour le journaliste de poser quelques questions qui fâchent au candidat, qui n’a pas tardé à répondre.

Sur le plateau, Jean-Jacques Bourdin a réveillé la colère de Jean-Luc Mélenchon, candidat à l’élection présidentielle pour la France insoumise. Le journaliste l’a interpellé sur le Venezuela, où trois personnes ont été tuéeslors de manifestations contre le régime.

« Expliquez-moi pourquoi vous et vos collègues de tous les pays, passez votre temps à interpeller les hommes comme moi, les gens de ma famille politique sur le Venezuela et Cuba. Pourquoi vous ne parlez jamais du Yémen. Pourquoi vous ne parlez jamais de Barheïn ? » Réponse de Bourdin : « Parce que vous avez défendu Castro et Chavez, c’est pour ça que je vous interroge ». Jean-Luc Mélenchon de répondre vertement : « Mais monsieur, Chavez est mort, Fidel Castro est mort, vous êtes au courant ? »

Votre grande bouche

Sur ce point précis, son présumé soutien à Nicolas Maduro,le dirigeant vénézuélien, Jean-Luc Mélenchon à tenu à s’expliquer. « Je ne soutiens aucune dictature. Nulle part dans le monde, je n’ai soutenu un dictateur. Je suis l’homme qui a des décorations pour avoir aidé des gens à sortir de prison, sous des dictatures », s’est-il justifié. « Ça suffit, cette espèce de doute que vous essayez de mettre sur moi car vous n’avez pas le droit », s’emporte-t-il. « Je condamne toutes les violences d’État, que ce soit au Venezuela, à Barheïn. (…) Je n’ai aucune sympathie pour les dictateurs et j’ai toujours défendu les droits de l’homme partout », a conclu Mélenchon.

La conversation a pris un tournant lorsque Jean-Luc Mélenchon a attaqué le journaliste. « Le reste du temps, vous fermez votre grande bouche… quand le sultan du Qatar a été invité au 14 juillet, qu’est-ce que vous avez dit, vous ? » Puis la tension est retombée. La conversation entre les deux hommes s’est même terminée avec le sourire.