Présidentielle: Les cinq propositions phares d'Emmanuel Macron

PROJETS « 20 Minutes » vous dresse les principaux points du projet d'Emmanuel Macron…

Anne-Laëtitia Béraud
— 
Emmanuel Macron dans «L'Émission politique» sur France 2, le 6 avril 2017.
Emmanuel Macron dans «L'Émission politique» sur France 2, le 6 avril 2017. — AFP

Il sera donc opposé à Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Avant de faire votre choix dans moins de deux semaines, voici ce qu'il faut retenir du programme d'Emmanuel Macron, candidat d’En Marche !

>> Lire toutes les propositions du candidat à la présidentielle par ici

  • Code du travail :  L’ancien ministre de l’Economie propose de réformer dès l’été le Code du travail. Si des principes comme la durée légale ou le salaire minimum resteraient fixés par la loi, les horaires effectifs ou l’organisation du travail pourraient être négociés au plus près du terrain, par accord majoritaire ou par référendum d’entreprise.
  • Fiscalité : L’ancien ministre de l’Economie propose une exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages et un prélèvement unique de 30 % sur les revenus du capital. Il souhaite recentrer l’impôt sur la fortune (ISF) sur la rente immobilière.
  • Assurance-chômage : Le candidat En Marche ! souhaite ouvrir les droits à l’assurance-chômage aux salariés qui démissionnent, utilisable une fois tous les cinq ans. Mais le manque de recherche d’emploi ou des refus répétés d’offres d’emploi entraîneraient la suspension des allocations. L’assurance-chômage serait aussi ouverte aux indépendants, aux artisans, agriculteurs et auto-entrepreneurs.
  • Compétitivité : Pour les entreprises, il souhaite transformer le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse pérenne de six points des cotisations sociales employeurs. l’impôt sur les sociétés baisserait de 33 % à 25 %.
  • Education : le candidat propose « une vraie autonomie pédagogique pour les établissements » avec des moyens supplémentaires, plus de professeurs par classes et mieux payés. Le nombre d’élèves en classes en zone d’éducation prioritaire serait aussi limité à douze élèves en CP-CE1.