Présidentielle: On a établi une procuration en 11 minutes 36

DEMARCHES Il reste un peu moins d’une semaine pour entamer la procédure…

Coralie Lemke

— 

Les retardataires font la queue devant le commissariat du XVe arrondissement de Paris.
Les retardataires font la queue devant le commissariat du XVe arrondissement de Paris. — C. LEMKE / 20 MINUTES

Vacances, obligation professionnelle, mal-inscription… il ne reste que quelques jours pour donner le droit à quelqu’un d’autre de voter à sa place. Seule condition : cette personne doit être inscrite dans la même commune que vous (mais pas nécessairement le même bureau de vote). La démarche se fait dans un commissariat de police ou au Tribunal de grande instance (TGI). 20 Minutes s’est prêté au jeu et il nous a fallu 11 minutes 36 dès lors qu’on était entré dans le commissariat.

>> A lire aussi : À Oléron, si vous présentez votre procuration, on vous offre une nuit d'hôtel

​​

Pas de photocopies, pas d’enveloppes timbrées, pas de rendez-vous à prendre. Il faut juste connaître la date de naissance de la personne que vous allez mandater (nommé « le mandataire » dans les documents). Je me rends directement au commissariat du 15e arrondissement de Paris. Le hall est rempli, beaucoup de gens s’y prennent au dernier moment comme moi. Au guichet, on me tend un document Cerfa à remplir. Il peut être pré-rempli sur internet et amené directement sur place. A condition de savoir exactement quoi écrire. « J’ai coché la mauvaise case chez moi, il faut que je recommence ici », s’agace ma voisine de gauche.

Les erreurs à ne pas commettre

Attention au paragraphe intitulé « la procuration est valable ». Il ne faut cocher qu’une seule case. « Cela concerne soit le premier, le second ou les deux tours. Et si vous voulez la prolonger jusqu’aux législatives, il faut indiquer la date du 18 juin 2017. Et ne rien cocher d’autre, sinon le papier n’est pas valide », m’explique une officier de police derrière le guichet.

Impossible de remplir le document à la place de quelqu’un d’autre. « Mon mari ne peut pas se déplacer, alors je suis venue à sa place. Mais ça ne marche pas alors ? », s’étonne une vieille dame. « Non, un service spécialisé se rend auprès des personnes à mobilité réduite », lui répond l’officier en lui tendant un numéro de téléphone.

Pas le dernier jour

A peine dix minutes plus tard, j’ai déjà fini. On m’a remis un récépissé qui tient lieu d’attestation pour la démarche. « Pas la peine de la remettre au mandataire. Il n’a besoin d’aucun document au bureau de vote. La mairie sera prévenue », m’explique-t-on au commissariat. Dernier impératif : s’y coller au plus tard le jeudi 20 avril. Le commissariat doit en effet envoyer par voie postale le papier rempli à la mairie où vous êtes inscrit.

>> Quel candidat à l’élection présidentielle correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.

​​