Des militants du candidat François Fillon le 9 avril 2017 à Paris
Des militants du candidat François Fillon le 9 avril 2017 à Paris — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

TEMOINS

Présidentielle: Déprimés, complotistes, prudents… Les militants de François Fillon partagés

Les fidèles de François Fillon venus au grand meeting à Paris ce dimanche confient à «20 Minutes» leurs espoirs et leurs doutes concernant la fin de la campagne...

François Fillon tient ce dimanche à Paris un grand meeting de campagne, rassemblant selon sa communication environ 20.000 personnes. Ce raout vise à souder les rangs alors que la campagne du candidat à la présidentielle est marquée par les soupçons d’affaires et des sondages  qui, à 15 jours du premier tour, le donnent éliminé au premier tour de la présidentielle. Sous le soleil quasi-estival, les sympathisants et militants venus dans le hall 3 Porte de Versailles sont des fidèles de François Fillon. Ils confient cependant à 20 Minutes leurs espoirs et leurs doutes concernant cette drôle de fin de campagne de leur candidat.

>> Présidentielle: Cette campagne est-elle d’une violence inédite?

Le rallié

Georges Fraisse, militant d’Ille-et-Vilaine qui s’est déjà déplacé à Paris pour le rassemblement pro-Fillon au Trocadéro le 5 mars, veut croire en son candidat. Et quand bien « même si je n’étais pas filloniste au départ », souligne ce sarkozyste historique «qui ne pardonne pas» à ceux qui relaient les ennuis de son candidat. Georges Fraisse adresse un conseil à François Fillon pour terminer cette campagne difficile : « Il faut qu’il arrête de parler des affaires et qu’il parle de son programme économique » « [l’essayiste libérale] Agnès Verdier-Molinié et le Medef ont dit que François Fillon a un bon programme », se réjouit-il.

Le complotiste

Avec Georges Fraisse, Michel Marzarguil est venu d’Ille-et-Vilaine pour le meeting dominical. Pour ce militant, « les Français sont conscients que [François Fillon c’est la seule personne qui peut nous sortir de cette situation ». Et si le climat de fin de campagne n’est pourtant pas si simple avec la mise en examen du candidat, « personne n’est dupe, c’est pour abattre le seul candidat capable de redresser la France ».

Des militants au meeting de François Fillon, le 9 avril 2017 à Paris
Des militants au meeting de François Fillon, le 9 avril 2017 à Paris - A-L.BERAUD/20 Minutes

L’anti-médias

Jean Vergucht, de Saint-Germain-les-Arpajon (Essonne), « cette campagne est dramatique à cause de la presse ». Point final, le militant étant parti avant d’avoir développé son argument.

Le déprimé 

Pour Bernard Duval, la fin de la campagne de François Fillon est « difficile ». « Difficile parce que les gens ne le comprennent pas ». « J’espère mais je suis conscient que ce sera difficile. (…) J’espère que beaucoup de gens, malgré que ce soit difficile, va rester engagé, prêt à le défendre jusqu’au bout… En tout cas j’en fais partie. »

Le prudent 

Jacques Gabaret, venu avec des amis d’Arpajon (Essonne), François Fillon est synonyme d’« espoir ». « François Fillon est le seul qui a une stature présidentielle, les autres [candidats] sont des rigolos ». Pour espérer une qualification au second tour de la présidentielle, ce sympathisant espère que le candidat continue sur sa lancée. « Qu’il reste ce qu’il est, ne pas se renier ».