Présidentielle: Comment va se dérouler le premier débat à onze candidats

POLITIQUE CNews et BFMTV diffusent ce mardi soir à partir de 20 h 40 le premier débat qui réunit les 11 candidats à l’élection présidentielle…

C.P. avec AFP

— 

Visuel de présentation du débat du 4 avril 2017 entre les 11 candidats au premier tour de l'élection présidentielle diffusé sur BFMTV et CNews.
Visuel de présentation du débat du 4 avril 2017 entre les 11 candidats au premier tour de l'élection présidentielle diffusé sur BFMTV et CNews. — BFMTV/CNews

Un exercice inédit et peut-être unique ? Ce mardi soir, les onze candidats à la présidentielle débattront sur BFMTV et CNews. Une première avant un premier tour d’élection présidentielle, qui pourrait aussi être une dernière, alors que plusieurs candidats menacent de boycotter le débat le 20 avril sur France 2.

>> A lire aussi : Le débat de France 2 le 20 avril est-il (vraiment) trop risqué électoralement?

Comment le débat sera-t-il animé ?

Ce premier Grand Débat durera 3 heures 30, à partir de 20 h 40, avec une coupure publicitaire. Il sera animé par Ruth Elkrief (BFMTV) et Laurence Ferrari (Cnews) A chaque question, les prétendants à l’Elysée auront 1 minute 30 pour répondre et pourront s’interpeller. Chacun aura 1 minute d’introduction et 1 minute de conclusion. Les deux journalistes seront strictes sur le temps de parole fixé à 17 minutes par personne, avec l’introduction et la conclusion. « On va être fermes, je crois que c’est la clef », prévient Laurence Ferrari auprès de l’AFP.

>> A lire aussi : Que proposent les candidats pour les prisons et les détenus?

Il faudra s’attendre, comme pour le précédent débat à cinq du 20 mars dernier, à ce que les présentatrices se placent en arbitre. « On n’est pas dans le cadre d’une interview, on n’est pas au corps à corps avec un candidat », a justifié lundi sur France Inter Céline Pigalle, directrice de la rédaction de BFMTV, qui parle plutôt d’une « forme de modération : ce sont les candidats entre eux qui peuvent choisir de s’interpeller s’ils le souhaitent ».

Comment seront disposés les débatteurs ?

Les 11 candidats seront disposés en arc de cercle autour des deux journalistes allant de François Fillon à l’extrémité gauche à François Asselineau à l’extrémité droite. Ils débattront devant 220 personnes, essentiellement leurs proches. A la demande d’une majorité des candidats, les téléphones portables seront proscrits.

Quels seront les thèmes abordés ?

Les candidats seront interrogés sur trois thèmes : « comment créer des emplois », « comment protéger les Français » et « comment mettre en œuvre votre modèle social ». « L’idée c’est de les entendre parler d’autre chose que ce qui pollue la campagne depuis des semaines », explique Laurence Ferrari à propos de ce débat, diffusé également sur RMC et Dailymotion. Un débat sur les programmes qui laissera tout de même une place au sujet de « la moralisation de la vie publique », assure Ruth Elkrief auprès de l’AFP. François Fillon, mis en examen pour détournement de fonds publics, avait été plutôt épargné lors du débat à cinq.

>> A lire aussi : Les principales propositions des candidats sur les retraites

Comment les candidats abordent-ils ce débat ?

Pour les principaux candidats, le week-end était chargé en meetings : François Fillon en Corse, Emmanuel Macron à Marseille, Benoît Hamon à la Réunion samedi ; Marine Le Pen à Bordeaux et Jean-Luc Mélenchon à Châteauroux dimanche. Mais la perspective du débat est présente dans les esprits. Le candidat d’En Marche ! « travaille à être concis », dit un proche d’Emmanuel Macron. « Il sait qu’à onze », le temps sera compté, glisse-t-il à l’AFP.

Benoît Hamon « crain(t) qu’on n’en sorte un peu frustré », disant sur Radio J dimanche ne pas savoir « ce que ça va donner à onze ». François Fillon « ne change rien à la préparation habituelle. Travail minutieux à partir de fiches sur les concurrents, repos, concentration. Pour le reste, il maîtrise ses dossiers de fond », affirme son entourage. Marine Le Pen « se prépare avec sérieux comme toujours. Mais elle est prête, ça fait 15 mois qu’elle se prépare », selon Jean-Lin Lacapelle, secrétaire général adjoint du FN.

>> A lire aussi : Les principales propositions des candidats sur les retraites

Jean-Luc Mélenchon a exprimé son « scepticisme » mardi sur son blog. « Nous serons 11 participants ! Pour 15 minutes de temps de parole » chacun, Pour ne pas contredire sa réputation de tribun, confortée lors du précédent débat, le candidat de la France insoumise a travaillé ses répliques. « Notre candidat a l’instinct de la répartie et le sens de la formule. Il se prépare quelques bonnes punchlines ! », a laissé entendre lundi au Parisien Danielle Simonnet, porte-parole de La France insoumise.

Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière, prévoit quant à elle d’interpeller Mélenchon. Mais elle prévient dans Le Parisien : « N’attendez pas de moi un coup médiatique. Je n’envisage pas un strip-tease » Quant à Nicolas Dupont-Aignan, « je viendrai comme je suis, avec mes convictions. Le mieux, c’est d’aller marcher au grand air et d’être soi-même », a dit le candidat Debout la France sur BFMTV.

>> Quel candidat à l’élection présidentielle correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.