Présidentielle: Dédicaces et selfies, Jean-Luc Mélenchon dans son jardin au Salon du Livre

REPORTAGE Le candidat de la France insoumise a signé des autographes devant des visiteurs conquis...

Thibaut Le Gal

— 

Jean-Luc Mélenchon aime dessiner des smiley.
Jean-Luc Mélenchon aime dessiner des smiley. — CHRISTOPHE SIMON / AFP

Il déambule entre les stands, discute avec un auteur venu le saluer, et s’offre même un petit selfie avec une admiratrice. Jean-Luc Mélenchon est arrivé calme et souriant au Salon du Livre, porte de Versailles, ce vendredi matin.

Après un débat réussi lundi et des sondages positifs (il est passé pour la première fois devant Benoît Hamon), le candidat de la France Insoumise est resté plus de cinq heures pour échanger avec ses lecteurs autour de trois ouvrages, et notamment De la vertu (avec Cécile Amar), sorti dans la semaine.

Entre les étalages de bouquins, Jean-Luc Mélenchon est dans son jardin. Le député européen, qui posséderait plus de 12.000 livres chez lui, s’arrête à plusieurs reprises pour échanger littérature avec les visiteurs. « Tout jeune homme doit avoir lu Vendredi ou les Limbes du Pacifique de Michel Tournier », lance-t-il, passionné.

Au fil de la déambulation, les curieux s’agrègent à la petite foule de journalistes qui le suit. Pas mal de collégiens et lycéens tentent d’obtenir leur photo ou leur selfie. Globalement, les réactions sont positives ou surprenantes. En voici quelques-unes attrapées à la volée :

  • « T’es mon héros Jean-Luc ! »
  • « Je veux un câlin ! »
  • « Regarde, y’a Mémé là-bas »
  • « Je le vois avec ses petits cheveux cendrés »
  • « C’est le mec de la France insoumise là je sais pas quoi »
  • « Il veut être président lui ? Il le sera jamais, ce sera Marine »

Jean-Luc Mélenchon sort de ses gonds une seule fois lorsqu’un homme lui tape dans le dos pour lui serrer la main. « Je venais vous remercier d’avoir signé la défaite de la gauche au premier tour… » Il sera renvoyé avec quelques noms d’oiseaux.

Séance dédicace

Dans l’attroupement, une membre de son équipe s’impatiente. « On a déjà une demi-heure de retard ». Car Jean-Luc Mélenchon est attendu pour une séance dédicace.

Les sympathisants patientent jusqu’à une heure pour échanger quelques mots avec le candidat. « Je lui ai demandé comment il se sentait, il m’a dit que les témoignages de soutien qu’il recevait lui faisaient du bien. Je suis heureux de lui avoir parlé, c’est assez fort », s’enthousiasme Alexandre, comédien.

Laëtitia, 32 ans, et sa petite sœur Ambre, 14 ans, en tremblent presque. « On est émues, mais c’est un tribun, il en impose. Je lui ai dit que mes parents sont engagés depuis longtemps, j’ai fait ma première fête de l’Huma dans le ventre de ma mère, ça l’a fait rigoler », raconte l’aînée. « C’est bien de le voir dans ce cadre car c’est quelqu’un de cultivé. Il fait souvent appel à la littérature dans ses meetings, il n’est pas vide. »

Quelques dédicaces de JLM, qui ne s'est pas foulé
Quelques dédicaces de JLM, qui ne s'est pas foulé - TLG/20MN

Beaucoup de jeunes séduits par les vidéos YouTube

Dans la file d’attente, on trouve pas mal de jeunes. Geoffrey, 20 ans : « C’était une opportunité géniale de le voir en vrai ». Même propos pour Arthur, étudiant à la Sorbonne, qui est resté plusieurs minutes à discuter. « C’est intéressant de partager un moment intime avec lui. Je l’ai félicité pour ses vidéos YouTube, sa revue de la semaine. Lui me demandait ce qu’on y trouvait d’intéressant. Je lui ai dit qu’il nous faisait découvrir des sujets qu’on n’entendait pas ailleurs comme hier, avec cette association des personnes mortes dans la rue. »

Bien sûr, il y a aussi de simples curieux qui viennent voir le personnage médiatique. « Il ne me déplaît pas, mais je n’ai pas encore fait mon choix. Je suis surtout venu faire une dédicace pour ma mère », reconnaît Laurent, 27 ans.

Marie, 17 ans, a séché les cours pour venir au salon, mais garde un regret. « Je lui ai dit que je n’aurais pas l’âge pour voter en avril. Mais qu’il m’avait redonné goût à la politique, à travers sa chaîne YouTube, où il parle posément du quotidien des gens ». La lycéenne ira-t-elle voir Emmanuel Macron, en visite au Salon du Livre en début d’après-midi ? « Non ! », puis sourit. « Enfin peut-être juste pour l’embêter et lui poser une question piquante si je n’ai rien d’autre à faire. »