Qui est Pierre Danon, la tête pensante de la «société civile» derrière François Fillon?

PORTRAIT L’ancien PDG de Numericable, en charge du pôle « Société civile », est un acteur-clé de la campagne de François Fillon…

Olivier Philippe-Viela
— 
Pierre Danon à Paris le 6 mars 2017.
Pierre Danon à Paris le 6 mars 2017. — JOEL SAGET / AFP

« Je travaille jour et nuit, pas 24/24, mais presque », sourit-il à l’évocation de son emploi du temps. En ce moment, Pierre Danon est président de Telecom Danemark, « petite PME valorisée à 8 milliards quand même », administrateur de Standard Life à Edimbourg - « on vient de faire une transaction intéressante en fusionnant avec Aberdeen » -, chairman de Volia, « une société de câblo-opérateur basée en Ukraine », et vice-président d’AgroGénération à Paris. Mais de toutes ses casquettes, c’est celle de chef du pôle « société civile » de la campagne de François Fillon qui lui vaut la lumière ces derniers mois.

Pierre Danon, 61 ans, n’était pour autant pas un inconnu avant de devenir l’une des têtes pensantes de la stratégie électorale du candidat LR. Diplômé de HEC et de l’Ecole nationale des ponts et chaussées, boss de Xerox Europe en 1998, directeur général de British Telecom en 2000, directeur opérationnel de Capgemini en 2005, puis président de Numericable en 2008… N’en jetez plus, le CV est long comme deux bras, suffisamment clinquant pour en faire la caution « patron » du candidat qui veut leur plaire, justement, aux patrons.

« Un dirigeant aguerri, de haute responsabilité »

« Vu ma réputation, quand j’ai appelé des personnes pour travailler avec nous sur le programme de François Fillon, j’ai eu très peu de refus, parce que les gens me connaissent, m’aiment bien et savent que je suis sérieux, que je sais garder des choses confidentielles », explique Danon. Récemment intégré au pôle « société civile », l’entrepreneur encarté LR Charles Beigbeder confirme l’influence et l’image de marque de l’ancien PDG de Numericable.

« Pierre Danon est un dirigeant aguerri, de haute responsabilité, il a une crédibilité et il donne beaucoup de son temps, explique-t-il. Nous nous étions rencontrés un jour par hasard à l’opéra Bastille. En discutant de nos affaires respectives, on s’était découvert des activités communes en Ukraine, dans la production agricole. » Danon prendra en octobre 2013 la vice-présidence d’AgroGénération, fondée en 2007 par Beigbeder.

« Dream team de financiers et de chefs d’entreprise »

Depuis trois ans et demi, Pierre Danon se consacre à l’élaboration des propositions du candidat LR venues de la « société civile », ce pôle de réflexion au sein la campagne Fillon, que Marianne décrivait, pendant l’entre-deux-tours de la primaire de droite, comme une « véritable dream team de financiers et de chefs d’entreprise ».

Pierre Danon, François Fillon, Hervé Novelli et Bernard Debré le 12 avril 2016 à Paris, devant un parterre d'entrepreneurs.
Pierre Danon, François Fillon, Hervé Novelli et Bernard Debré le 12 avril 2016 à Paris, devant un parterre d'entrepreneurs. - WITT/SIPA

En compagnie de François Bouvard, ancien DG de McKinsey, société spécialisée dans le conseil auprès des directions générales, Pierre Danon a donné de son temps pour coordonner la remontée des idées de ce pôle « société civile » jusqu’au sommet de l’état-major Fillon : « Nous portons ce projet dans des réunions qui ne sont pas des gros meetings. Le principe de la société civile, ce sont des rassemblements de 100 à 200 personnes où l’on dialogue et on explique. On l’a fait dans la primaire, et on accélère dans la présidentielle. »

La grande réunion des différents groupes de travail par thèmes (entrepreneurs, agriculteurs, santé, sport, culture, défense, etc..) a eu lieu à Aubervilliers, le 4 mars. « On était 2.200. Ce n’est pas un meeting à 10.000 comme à La Villette, les gens posaient des questions, on donnait des documents, il y avait un côté différent des évènements de campagne habituels », décrit-il.

Plus de poids encore depuis le début des affaires

Depuis le début des ennuis judiciaires de François Fillon, avec les révélations du Canard enchaîné du 25 janvier, Pierre Danon a encore pris du poids. « Il y a eu un flottement qui a permis à la société civile de gagner en importance », confirme Charles Beigbeder. Le président du conseil national de la société civile de Fillon était l’un des plus actifs pour organiser le rassemblement du Trocadéro le 5 mars.

Son équipe est aussi celle qui a connu le moins de défections parmi l’organigramme de la campagne du candidat LR : « C’est ça la force des mouvements citoyens. Ils ont la conviction qu’il faut redresser notre pays et ils croient d’autant plus à ce programme que c’est eux qui l’ont construit. C’est pourquoi, au moment où ça a un peu vacillé, 95 % n’ont pas lâché. Le projet est toujours là, et le seul qui peut le porter s’appelle François Fillon », tranche Pierre Danon.

>> A lire aussi : Le Libanais Fouad Makhzoumi, roi des pipelines et généreux «ami» de François Fillon

Jamais il n’aurait poursuivi la campagne si Alain Juppé avait été le recours des Républicains. S’il est entré temporairement dans la vie politique, c’est pour Fillon : « Le programme est indissociable de l’homme. Nous amenons des propositions, des idées, des suggestions ; les technos et les élus filtrent ; et François Fillon tranche sur tout, mesure par mesure. C’est son programme. S’il n’avait pas été là, il n’existerait pas. »

Fillon « ponctuel, poli, à l’écoute, intéressé »

Les deux hommes s’étaient rencontrés lorsque le premier occupait Matignon et le second la tête de Numericable. « J’avais découvert quelqu’un de ponctuel, poli, à l’écoute, intéressé, ce qui n’est pas le cas de tous les hommes politiques de ce niveau », se rappelle-t-il. Pierre Danon attendra l’élection de François Hollande pour proposer son aide au néo-député de Paris, à partir de 2013 et en vue de l’élection 2017, passant par l’entremise d’Antoine Gosset-Grainville, ancien directeur de cabinet adjoint de Fillon.

Pierre Danon prend la pose à Neuilly-sur-Seine, lors de sa prise de fonction chez Numericable le 9 juin 2008.
Pierre Danon prend la pose à Neuilly-sur-Seine, lors de sa prise de fonction chez Numericable le 9 juin 2008. - MEIGNEUX/SIPA

Depuis qu’il travaille sur le programme du candidat, Pierre Danon a ajouté la constance aux qualités qu’il lui prête : « Ce n’est pas une girouette, malgré les vents contraires - et il y en a eu ces derniers temps (rires) -, il maintient son cap. » Au candidat pro-business (étiquette partagée avec Emmanuel Macron), il a apporté son expérience de l’entreprise, avec l’aide d’un « manager-né », l’ex-directeur de campagne démissionnaire Patrick Stefanini.

Concrètement, dans la gestion des 130 permanents du pôle « société civile », cela signifie « fixer des objectifs, utiliser des données, savoir dire merci, booster les équipes et écouter ; bref, des techniques de management que l’on emploie quotidiennement en entreprise mais qui, dans l’univers des hauts fonctionnaires, sont beaucoup moins présentes ». Mais le monde politique, Pierre Danon n’a pas l’intention de s’y attarder au-delà d’avril/mai 2017, que François Fillon entre à l’Elysée ou pas : « Retour au business. Comme avant. J’aurai servi mon pays pendant trois ans et demi, plus qu’à mi-temps. Je pense que j’ai fait ce que j’avais à faire. »