VIDEO. «L'Emission politique»: Ce qu'il faut retenir du passage de Benoît Hamon

POLITIQUE Le candidat socialiste était invité de l'émission de France 2...

Thibaut Le Gal
— 
Benoît Hamon lors de «L'Emission politique» le 9 mars 2017.
Benoît Hamon lors de «L'Emission politique» le 9 mars 2017. — GABRIEL BOUYS / AFP

Une soirée cochée de longue date dans l’agenda du candidat. Benoît Hamon était l’invité de « L’Emission politique » ce jeudi soir. Le champion de la primaire socialiste, qui peine à faire décoller sa candidature, espérait bien relancer sa campagne avec l’émission de France 2. Pendant plus de deux heures, l’ancien ministre de l’Education a défendu ses propositions et égratigné au passage Emmanuel Macron. 20 Minutes vous résume les points essentiels de la soirée.

>> A lire : notre live de l’Emission politique avec Benoît Hamon ce jeudi soir

Marche arrière sur le revenu universel

Benoît Hamon a assuré vouloir « attaquer la feuille de paie » et augmenter le salaire net grâce à sonprojet de revenu universel. Concrètement, il souhaite « que les 18-25 ans et l’ensemble des salariés » touchant « jusqu’à 1,9 SMIC perçoivent un revenu universel ». Son montant « sera de 600 euros quand on n’a rien », et sera « dégressif » pour ceux percevant un revenu « jusqu’à 1,9 SMIC ».

Une proposition modifiée depuis sa première monture. En janvier, le candidat comptait attribuer ce revenu universel à l’ensemble des 18-25 ans, sans conditions de ressources. Désormais, les jeunes bénéficiant des 600 euros seront d’abord les étudiants, et ceux qui ont un « petit boulot ».

Hamon torpille Macron et sa « position messianique »

Benoît Hamon a sorti l’arme lourde pour dézinguer le leader d’En Marche. « La politique, ce n’est pas de la comédie. Comment Emmanuel Macron gouvernera demain en allant de Robert Hue à Alain Madelin ? », s’est-il interrogé. « Il nous prépare une France ingouvernable ». L’ancien ministre a qualifié « le projet d’Emmanuel Macron » de « marchepied au Front national », dénonçant « ceux qui dans une position messianique et christique pensent détenir la solution […] Je trouve cela très immature de sa part ».



Clash avec Laurent Wauquiez

Le candidat socialiste et le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont affrontés sur deux sujets : l’islam et l’immigration. L’élu de droite accusant Benoît Hamon de complaisance avec le communautarisme et l’islam radical.



« Vous avez fait de l’attaque contre l’islam et contre les musulmans un fonds de commerce électoral. Je vous le reproche car vous appartenez à un parti qui s’appelle Les Républicains. Vous êtes obsédés par l´islam [et] un joli hologramme de Marine Le Pen », a lancé Benoît Hamon. Réponse de Laurent Wauquiez : « vous êtes un hologramme de Tariq Ramadan ».

« Tourner la page » des ralliements vers Macron

Benoît Hamon lâché par l’aile réformiste du PS et bientôt Jean-Yves Le Drian ? Le candidat veut positiver. « Je veux tourner la page. J’ai la légitimité, celle que deux millions d’électeurs de gauche m’ont attribuée [1,2 million de voix sur son nom] ».

« Moi je suis candidat à l’élection présidentielle, je ne suis pas là pour couper des têtes. De là où je viens, j’ai appris à me battre […] Je veux continuer à convaincre et rassembler », a assuré l’ancien ministre de l’Education nationale. Avant de préciser : « Si certains déguerpissent, soit, mais ma responsabilité est d’abord vis-à-vis du peuple de gauche, le devoir d’être au second tour de l’élection présidentielle et de l’emporter ».