Présidentielle: Baroin chargé de rassembler autour de Fillon, pour le plus grand bonheur des sarkozystes

POLITIQUE François Fillon, qui a sauvé sa candidature à l'élection présidentielle malgré l'affaire qui mine sa campagne, a dévoilé jeudi une nouvelle équipe, où les sarkozystes se taillent la part du lion, en particulier François Baroin, chargé du «rassemblement»....

L.C.

— 

François Baroin en meeting à Toulouse le 16 février 2017.
François Baroin en meeting à Toulouse le 16 février 2017. — REMY GABALDA / AFP

François Fillon a de nouveau remanié son comité de campagne jeudi. Les sarkozystes s’y taillent la part du lion, en particulier François Baroin, chargé du « rassemblement politique ». Le président de l’Association des maires de France (AMF) prend donc du galon puisqu’il était jusqu’à présent « conseiller politique ». La nomination de l’ex-ticket de Nicolas Sarkozy est saluée par de nombreux sarkozystes, mais beaucoup moins commentée par les juppéistes ou les lemairistes.

>> A lire aussi:Pourquoi un ticket Fillon-Baroin séduit à droite

Des sarkozystes aux anges

François Fillon « a demandé à François Baroin de travailler sur le rassemblement, à la fois de notre famille politique et de toutes les sensibilités autour de sa candidature », a expliqué Luc Chatel, nouveau porte-parole. Une mission qui s’annonce ardue après les défections des juppéistes et lemairistes notamment.

Une mission taillée pour François Baroin, à en croire certains sarkozystes qui ne se font pas prier pour réagir à cette nomination. « Il est naturellement ouvert au dialogue, et de par son parcours politique il est enclin au rassemblement », estime le trésorier du parti Les Républicains Daniel Fasquelle. « Avoir confié cette mission essentielle à un proche de Nicolas Sarkozy est déjà une preuve de rassemblement », poursuit-il. « Sa fibre gaulliste peut rassembler au-delà de la droite et du centre », espère le député-maire du Touquet.

« C’est une très bonne idée de nommer François Baroin », renchérit le député européen Renaud Muselier. « Il est très respecté et c’est un fin connaisseur de la vie politique. Il peut être craint de sa génération car c’est le plus brillant, mais il saura calmer les débats ».

Des juppéistes silencieux

Les juppéistes contactés par 20 Minutes ce jeudi se montrent nettement moins bavards. Ceux qui ont quitté la campagne précisent ne pas vouloir commenter. Pierre-Yves Bournazel, conseiller de Paris et conseiller régional d’Ile-de-France, prudent, estime que « le rassemblement est une bonne chose et que le curseur de la campagne doit être bien central ». Se revendiquant d’une « droite modérée et humaniste », il se dit satisfait du projet porté par François Fillon.

>> A lire aussi: Affaire Fillon: Nos conseils pour bien retourner sa veste en politique

Pour Luc Chatel, « aujourd’hui il n’y a plus de sarkozystes, de juppéistes, de lemairistes, il y a des électeurs de droite qui veulent gagner. Nos électeurs de droite sont en colère, ils veulent qu’on se rassemble, ils veulent qu’on aille au combat, ils veulent qu’on gagne, là il n’y a plus de chapelle. Tout le monde est rassemblé derrière celui qui est notre candidat », a-t-il martelé.

D’autres nominations à venir

Le maire de Bordeaux, sèchement battu à la primaire de novembre, n’a pas été tendre avec François Fillon lundi dans sa déclaration, jugeant qu’il était « dans l’impasse » et que « le noyau des militants et sympathisants LR s’est radicalisé ». Jean-Pierre Raffarin et Valérie Pécresse vont donc tenter de ramener les juppéistes dans l’équipe mais la tâche s’annonce difficile.

D’autres nominations vont également intervenir la semaine prochaine, selon l’équipe Fillon dans son communiqué. « La priorité était de donner des gages aux sarkozystes », mais « l’équipe va s’élargir forcément » ensuite, juge une source LR filloniste citée par l’AFP, selon laquelle « l’attitude des sarkozystes a été plus clean que celle des juppéistes » dans les semaines passées. « Au moins quand les sarkozystes vont à la bataille, c’est clair et net ».