Mon bulletin dans ton urne: Fillon l’insubmersible, Hamon agacé et Mélenchon en mode séduction

PRESIDENTIELLE Chaque matin, «20 Minutes» vous livre les trois informations marquantes de la campagne…

Noémie Seguin

— 

Benoit Hamon, le 23 février 2017 à Arras.
Benoit Hamon, le 23 février 2017 à Arras. — Michel Spingler/AP/SIPA

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’ quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

François Fillon, un candidat blessé mais qui ne s'avoue pas vaincu

A croire qu’il porte une armure en acier trempé. Les élus sarkozystes ont eu beau s’agiter lundi en demandant au candidat des Républicains de « prendre ses responsabilités » et de se choisir « un successeur », l’élu sarthois a résisté. Mieux, il a obtenu lors du comité politique de LR, organisé lundi soir, le soutien unanime des ténors du parti. Pourtant, Alain Juppé lui non plus ne l’avait pas épargné en qualifiant la situation actuelle « d’impasse ». « Et une impasse, il vaut mieux essayer de s’en sortir que continuer tout droit… », avait ajouté l’ancien candidat à la primaire de droite, un brin moqueur.

>> A lire aussi : Qui est Vincent Chriqui, chargé de sauver le soldat Fillon?

Hamon, agacé par la confusion ambiante, n’épargne pas ses adversaires

Trop, c’est trop pour Benoît Hamon. Le candidat socialiste, en déplacement à Bastia lundi, s’est dit « très marqué par la confusion de cette campagne, à droite, à l’extrême droite et au centre ». Pendant le meeting il a envoyé coup sur coup. Se moquant de Fillon dont la campagne « nécessite d’être suivie heure par heure », fustigeant Marine Le Pen qui risquerait, si elle est élue, d’isoler le pays ou critiquant Emmanuel Macron, qu’il accuse de démissionner face à l’école de la République.

>> A lire aussi : Yannick Jadot intègre l'équipe de campagne de Benoît Hamon

Mélenchon dévoile ses atouts séduction pour l’enseignement supérieur

L’université gratuite dès la rentrée 2017, le doublement du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche en cinq ans, l’abrogation du crédit d’impôts recherche ou encore deux milliards d’euros pour « rénover les universités et construire des logements étudiants » : le candidat de la « France insoumise » a décidé d’avoir recours aux techniques les plus efficaces pour charmer les personnels de l’enseignement supérieur et les étudiants. Des propositions qu’il explique en détail dans un livret dévoilé au début du mois de mars.

>> A lire aussi : Jean-Luc Mélenchon ne participera pas «au défilé» des politiques au Salon de l’agriculture