Présidentielle: Nathalie Arthaud exclut une union avec Philippe Poutou

POLITIQUE «Il n'y a aucune raison que l'un ou l'autre se prive», a justifié la candidate de Lutte Ouvrière

20 Minutes avec AFP

— 

Nathalie Arthaud, candidate Lutte Ouvrière à l'élection présidentielle, le 3 février 2017 à Montpellier
Nathalie Arthaud, candidate Lutte Ouvrière à l'élection présidentielle, le 3 février 2017 à Montpellier — PASCAL GUYOT / AFP

« On ne sera pas trop de deux » pour défendre les idées de l’extrême gauche. Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière, a exclu samedi une alliance avec le candidat du NPA Philippe Poutou pour la présidentielle.

>> A lire aussi: Comment Nathalie Arthaud mène une course de fond pour Lutte Ouvrière

« Nous constituons deux tendances de l’extrême gauche. On a en commun de considérer que le capitalisme ne peut pas être l’avenir de l’humanité et puis on a aussi des nuances que nous voulons faire entendre », a expliqué la candidate sur France Inter, convaincue que LO et le Nouveau parti anticapitaliste ne mèneront « pas la même campagne ». « Il n’y a aucune raison que l’un ou l’autre se prive », a-t-elle justifié, rappelant que « si on décroche ce sésame des 500 signatures, on pourra chacun prendre la parole, et il y aura deux candidats contre la politique patronale et pro-patronale défendue par tous les autres candidats ».

314 parrainages validés

Nathalie Arthaud dispose à l’heure actuelle de 314 parrainages validés par le Conseil constitutionnel. Le NPA multiplie les initiatives ces dernières semaines pour obtenir ses 500 signatures, dénonçant les nouvelles règles pour la première fois en vigueur cette année. Elle a rappelé qu’à la primaire de la droite puis à celle du PS élargi, « il y avait sept nuances de droite, sept nuances de gauche ». « Ils ont eu le temps de s’exprimer, de défendre leurs perspectives, je ne vois pas pourquoi nous, nous n’aurions pas cette possibilité », a-t-elle argumenté. Interrogée sur Jean-Luc Mélenchon qui capterait une partie de son électorat, la candidate LO a fustigé les « promesses électoralistes » du candidat de La France insoumise.

>> A lire aussi: Pourquoi les «petits» candidats galèrent à obtenir leurs 500 parrainages (selon eux)