VIDEO. Présidentielle: «Aider l'entrepreneuriat à tout prix pour faciliter l’embauche»

A VOS SOUHAITS Avant l’élection présidentielle, « 20 Minutes » est allé à la rencontre des Français pour prendre le pouls de la nation…

Propos recueillis par Gilles Durand

— 

Nicolas Devaux, kinésithérapeute et chasseur.
Nicolas Devaux, kinésithérapeute et chasseur. — G. Durand / 20 Minutes

Riches, pauvres, chômeurs, jeunes, retraités, zadistes… A l’approche de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, 20 Minutes est allé à la rencontre des Français de tous les âges et dans tout le pays, afin de prendre le pouls de la nation.

A chaque personne interrogée, trois questions ont été posées, toujours les mêmes. Aujourd’hui, c’est au tour de Nicolas Devaux, 38 ans, kinésithérapeute à Marcq-en-Barœul, près de Lille, d’y répondre.

Quelle première mesure doit être prise par le nouveau chef de l’Etat ?

C’est prétentieux de ma part de conseiller une mesure au président. Mais ce serait d’aider l’entrepreneuriat à tout prix pour faciliter l’embauche. C’est l’entrepreneur qui crée la richesse, il faut lui offrir toutes les possibilités de s’épanouir et d’embaucher. C’est l’entrepreneur qui va faire baisser le chômage et personne d’autre. Je pense que les questions sociétales aussi intéressantes soient elles ne nous paraîtront que secondaires lorsque notre pays aura retrouvé un équilibre économique qui passe par le plein-emploi.

Pourquoi êtes-vous intéressé par cette élection ?

La politique m’a toujours énormément intéressé. Pourtant depuis cinq ans, j’ai été très déçu par la présidence mais aussi et surtout par une pauvre opposition dont les critiques n’ont jamais été constructives. Pour les lois El Khomri et Macron, la droite critiquait leur manque d’ambition alors qu’elle n’a jamais été capable d’en faire la moitié durant le quinquennat précédent. J’étais plutôt désabusé mais les primaires autant à droite qu’à gauche m’ont redonné envie. Je pense qu’on a une chance de voir des choses ambitieuses se mettre en place en matière d’économie. En revanche, bien que chasseur, je n’ai jamais voté pour des questions de chasse. Ce qui m’importe dans un programme politique, c’est l’économie.

Avez-vous déjà finalisé votre vote ?

Pas encore. Mais je voterai pour un programme ambitieusement libéral, et non pour les extrêmes. J’hésite encore entre deux candidats : Fillon ou Macron. A voir s’il y a quelqu’un d’autre à droite. Une chose est sûre, il va falloir faire un calcul avant de voter car tout va se jouer dans un mouchoir de poche, notre futur président n’aura peut-être même pas eu 20 % au premier tour ! Et si c’est Le Pen contre Hamon au second tour, j’ai tout perdu.