Emplois fictifs: D'anciennes accusations contre Bayrou exhumées par des pro-Fillon

PRESIDENTIELLE En se basant sur un ouvrage de Corinne Lepage publié en 2015...

C. Ape.

— 

Le président du MoDem François Bayrou
Le président du MoDem François Bayrou — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Après les affaires Fillon et Le Pen, l’affaire Bayrou ? Les extraits du livre Mains propres, plaidoyer pour la société civile au pouvoir, publié en 2015 par Corinne Lepage, ancien membre du MoDem, refont surface sur la Toile, note LCI. Dans cet ouvrage, l’ancienne ministre de l’Environnement décrit des manœuvres pouvant s’apparenter à de l’emploi fictif de la part François Bayrou lui-même.

>> A lire aussi : Pour une porte-parole de Fillon, «un collaborateur parlementaire peut être payé à tricoter»

« C’est ainsi que des assistants parlementaires servent en réalité le parti politique, et non le parlementaire… Lorsque j’ai été élue au Parlement européen en 2009, le MoDem avait exigé de moi qu’un de mes assistants parlementaires travaille au siège parisien. J’ai refusé en indiquant que cela me paraissait d’une part contraire aux règles européennes, et d’autre part illégal. Le MoDem n’a pas osé insister, mais mes collègues ont été contraints de satisfaire à cette exigence. Ainsi, durant cinq ans, la secrétaire particulière de François Bayrou a été payée… par l’enveloppe d’assistance parlementaire de Marielle de Sarnez, sur fonds européens », peut-on lire dans l’ouvrage.

Les soutiens de Fillon à la manœuvre ?

Du pain bénit pour certains soutiens de François Fillon, empêtré dans l’affaire de l’emploi présumé fictif de son épouse. Une pétition a même été lancée mercredi sur change.org. Elle réclame « au parquet national financier de se saisir de l’affaire Bayrou ». « La rapidité avec laquelle le parquet national financier s’est saisi de la prétendue affaire Fillon (…) a surpris tout le monde », peut-on lire sur le site de cette pétition qui recueille près de 2 500 signatures ce jeudi midi.

Elle a été lancée par une certaine Marine Dauvret, qui n’est en réalité qu’une fausse identité que l’on doit à Jean-Baptiste Doat, membre de l’équipe numérique de François Fillon, comme l’indiquait BuzzFeed en février.

Le MoDem dément

Des accusations réfutées par le MoDem. « Cette personne occupait deux postes à temps partiel, l’un en tant qu’assistante auprès de Marielle de Sarnez, l’autre en tant que secrétaire de la présidence auprès de François Bayrou. Nous sommes très à l’aise sur cette question, tout a été clair et vu avec le Parlement européen, il n’y avait aucun problème. D’ailleurs, nous tenons à disposition les bulletins de salaire correspondants », a expliqué Marc Fesneau, le secrétaire général du MoDem, à LCI.

>> A lire aussi : François Bayrou, un ralliement à Macron pour quelle contrepartie?

« C’était déjà faux à la sortie du livre, c’est toujours faux aujourd’hui », réplique Marielle de Sarnez, vice-présidente du parti centriste. « Cette personne travaillait à temps partiel pour François Bayrou. Quand elle faisait ses heures pour lui, elle était payée par François Bayrou, et ça s’arrête là. »

Interrogé par un internaute, François Bayrou, s’est simplement fendu dans un tweet d’un « c’est tout faux ! ».