Mon bulletin dans ton urne: Fillon abandonné, Hamon défenseur de la justice et Macron met fin au suspense

PRESIDENTIELLE Chaque matin, « 20 Minutes » vous livre les trois informations marquantes de la campagne…

— 

François Fillon, lors de son discours le 1er mars, pour annoncer qu'il ne se retire pas.
François Fillon, lors de son discours le 1er mars, pour annoncer qu'il ne se retire pas. — Francois Mori/AP/SIPA

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’ quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

Tout le monde quitte le navire mais Fillon tient toujours la barre

La tempête de ces dernières semaines autour de la campagne de François Fillon s’est muée mercredi en grand courant d’air. En dénonçant un « assassinat politique » et en rappelant la légitimité qui lui a été conférée par la primaire à droite, l’ancien Premier ministre a assuré qu’il « irait jusqu’au bout », maintenant sa candidature à la présidentielle malgré la perspective d’une prochaine mise en examen. Mais autour du « champion » de la droite, les défections se sont multipliées dans la foulée de sa déclaration : Bruno Le Maire ou encore les centristes de l’UDI sont partis les premiers, laissant le bateau couler. Les Français, eux, ne seraient plus qu’un sur quatre à souhaiter voir François Fillon rester candidat.

Hamon, défenseur du service public face au « châtelain » Fillon

Benoît Hamon a profité mercredi d’un meeting à Brest consacré à la défense des services publics et des fonctionnaires pour éreinter un peu plus un François Fillon qualifié de « châtelain » et selon lui « indigne » d’être président après ses accusations contre la justice. Le candidat socialiste a expliqué « ne plus supporter » d’entendre « dans le débat public », une « forme de surenchère dans le mépris » des fonctionnaires. Tel Robin des bois, il a lancé une dernière flèche en assurant vouloir « être président contre cette morgue sociale, cette mentalité d’ancien régime, cette mentalité de châtelain même, et surtout d’ailleurs, quand leurs châteaux sont payés par l’impôt de ceux qu’ils méprisent ».

Macron, roi du suspense, dévoile enfin son programme

Favori des sondages, Emmanuel Macron essuyait néanmoins les critiques conjuguées de ses adversaires sur un même thème : le flou qui entourait son projet. A seulement sept semaines de la présidentielle, il révèle en détail dans le Parisien de jeudi son « contrat avec la nation ». Au programme, faire une croix sur les inégalités public/privé pour les retraites, augmenter les forces de polices de 10.000 pour lutter en amont contre le terrorisme ou encore mettre fin au népotisme en interdisant aux parlementaires l’emploi de proches ou de membres de leurs familles. Plus de précisions à lire ici.