VIDEO. Présidentielle: Moralisation de la vie politique, régime des retraites... Emmanuel Macron précise enfin en détail son programme

EN MARCHE Retraites, terrorisme, éducation ou encore transparence politique, le candidat d’En marche ! a révélé jeudi au « Parisien » son projet pour la France…

N.S. avec AFP

— 

Emmanuel Macron lors du forum "Réinvestissons la France", le 23 février 2017 au Carrousel du Louvre à Paris.
Emmanuel Macron lors du forum "Réinvestissons la France", le 23 février 2017 au Carrousel du Louvre à Paris. — PATRICK KOVARIK / AFP

Favori des sondages, Emmanuel Macron essuyait néanmoins les critiques conjuguées de ses adversaires sur un même thème : le flou qui entourait son programme. A seulement sept semaines de la présidentielle, il met fin au suspense en partageant dans Le Parisien de jeudi son « contrat avec la nation ».

Transparence politique : mettre fin au népotisme

Alors que François Fillon est plus que jamais empêtré dans le « PenelopeGate », l’ancien ministre de l’Economie veut frapper fort en interdisant « aux parlementaires l’emploi de proches ou de membres de leur famille, pour mettre fin au népotisme ». Et d’ajouter : « Cette disposition vaut d’ores et déjà pour les cadres d’En marche !. Je ne suis pas du tout contre les emplois familiaux, quand on les rémunère sur ses propres subsides. Mais, quand il s’agit d’argent public, on ne doit pas pouvoir embaucher ses proches. »

Retraites : faire une croix sur les inégalités public-privé

Le sujet des retraites est toujours l’un des plus sensibles en période de campagne présidentielle, il sera le gros chantier social d’Emmanuel Macron qui souhaite créer « un vrai système universel de retraite » et mettre fin, dans ce domaine, aux inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé.

« Les règles seront les mêmes pour tous les régimes (…) Un euro versé pour cotisation ouvrira droit aux mêmes droits, quels que soient votre secteur, votre catégorie ou votre statut. Pour celles et ceux qui sont à au moins cinq ans de la retraite, rien ne changera », précise-t-il. Contrairement à François Fillon, le candidat d’En marche ! promet de ne pas modifier l’âge de départ à la retraite et à ne pas baisser le niveau des pensions « durant le quinquennat ».

>> A lire aussi : Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture. «C’est la folie, ils ont tout défoncé»

Education : tout miser sur l’école primaire

En CM2, 20 % des élèves ne sauraient pas bien lire, écrire et compter. Des chiffres qui ont fait réagir le candidat du mouvement En marche ! : « Les apprentissages fondamentaux s’acquièrent en CP-CE1. Et, à ce moment-là, notre système est déjà en échec. Pourquoi ? Car partout, il y a exactement la même méthode, partout les mêmes moyens, à part quelques petites différences en zones REP et REP + (nouveaux noms des ZEP, établissements en grande difficulté). »

Pour remédier au problème, il propose que chaque commune puisse adopter la semaine qu’elle souhaite et de laisser la possibilité aux maires de sortir de la réforme des rythmes scolaires. S’ajoute à cela la création de 4 000 à 5 000 postes d’enseignants pendant le quinquennat même s’il compte supprimer globalement 120 000 postes de fonctionnaires.

Terrorisme : « C’est dans l’anticipation que se joue cette guerre »

Défavorable à la déchéance de nationalité ou à toute mesure symbolique qui diviserait la population, Emmanuel Macron mise sur le renforcement du nombre de policiers pour vaincre le terrorisme. « Grâce à 10 000 créations de postes de policiers pendant le quinquennat, qui viendront en plus des 9 000 créations en cours, je recréerai un vrai renseignement territorial, car c’est beaucoup dans l’anticipation que se joue la guerre contre le terrorisme ».