Affaire Fillon: Les juges convoquent le candidat LR le 15 mars pour être mis en examen

ENQUETE Le candidat de la droite à la présidentielle maintient sa candidature malgré cette convocation...

C. Ape. avec AFP

— 

François Fillo, député LR de Paris, le 25 novembre 2016 à Paris
François Fillo, député LR de Paris, le 25 novembre 2016 à Paris — Sarah ALCALAY/SIPA

François Fillon, empêtré depuis plusieurs semaines dans l’affaire de l’emploi présumé fictif de son épouse, a annoncé ce mercredi qu’il serait convoqué « le 15 mars par les juges d’instruction afin d’être mis en examen », une convocation à laquelle il se rendra.

« Mon avocat a été informé que je serai convoqué le 15 mars par les juges d’instruction afin d’être mis en examen », a-t-il dit en ouverture de sa déclaration à la presse depuis son QG de campagne à Paris. « Depuis le début, je n’ai pas été traité comme un justiciable comme les autres », a-t-il ajouté.

« Je ne céderai pas »

Le candidat de la droite a également indiqué qu’il maintenait sa candidature à la présidentielle malgré cette convocation. « Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas », a-t-il affirmé.

>> Suivez en direct les développements de l'affaire par ici

En août dernier, le député de Paris avait déclaré lors de son discours de rentrée prononcé à Sablé-sur-Sarthe : « il ne sert à rien de parler d’autorité quand on n’est pas soi-même irréprochable. Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ? »

Cette déclaration était intervenue alors que Nicolas Sarkozy, que François Fillon n’avait jamais nommé dans son discours, était mis en examen dans deux dossiers :  l’affaire Bygmalion, et celle des écoutes.