Mon bulletin dans ton urne: Hamon chahuté, immunité de Le Pen en question et Macron à la conquête de l’Ouest

PRESIDENTIELLE Chaque matin, «20 Minutes» vous livre les trois informations marquantes de la campagne…

M.C.

— 

Une alternative au revenu universel de Benoît Hamon ?
Une alternative au revenu universel de Benoît Hamon ? — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

Secoué par les siens, Hamon est décidé à ne pas « abdiquer sa liberté »

La candidature de Benoît Hamon n’est pas de tout repos. Cible mardi d’une charge de l’aile droite du PS sur son « impasse stratégique », le vainqueur de la primaire à gauche a répliqué qu’il n’entendait pas « abdiquer sa liberté », tandis que son ex-rival de la primaire Manuel Valls a invité ses troupes à « rester ensemble » mais confié son « inquiétude ». Alors que la campagne du candidat socialiste désormais allié à EELV semble patiner, un proche de l’ancien Premier ministre, Jean-Marie Le Guen, a attaqué en début de matinée : Benoît Hamon « s’est isolé en tenant un discours extrêmement radical » et porte un programme en « rupture avec sa famille politique ». « Impasse stratégique », selon celui qui est un des fondateurs du pôle des « réformateurs ».

Vers une levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen

La décision définitive pourrait être prise dans les prochains jours. Une commission du Parlement européen a ouvert la voie, ce mardi, à la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, demandée dans le cadre d’une enquête sur la diffusion par la présidente du Front national de photos du groupe Etat islamique sur Twitter. Cette éventuelle levée ne concernerait que cette enquête et pas celle sur des soupçons d’emplois fictifs d’assistants de députés FN au Parlement européen.

« Macron va réaliser un très bon score dans l’Ouest »

Emmanuel Macron représenterait bien les « valeurs assez anciennes » de la région. Selon le politologue Stéphane Rozès, le candidat de « En Marche » dispose d’un fort potentiel de séduction dans l’Ouest de la France, « une région pragmatique qui a l’habitude de se rassembler de manière communautaire ». Son interview est à lire par ici.