VIDEO. Présidentielle: «Le futur chef de l'Etat doit mettre fin à l'état d'urgence»

A VOS SOUHAITS Avant l’élection présidentielle, « 20 Minutes » est allé à la rencontre des Français pour prendre le pouls de la nation…

Propos recueillis par Mikaël Libert
— 
Marc Fiévet, intermittent du spectacle à Lille.
Marc Fiévet, intermittent du spectacle à Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Riches, pauvres, chômeurs, jeunes, retraités, zadistes… A l’approche de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, 20 Minutes est allé à la rencontre des Français de tous les âges et dans tout le pays, afin de prendre le pouls de la nation.

A chaque personne interrogée, trois questions ont été posées, toujours les mêmes. Aujourd’hui, c’est au tour de Marc Fiévet, 38 ans, intermittent du spectacle pour l’association Les Clowns de l’espoir, à Lille, d’y répondre.

Quelle première mesure doit être prise par le nouveau chef de l’Etat ?

Je pense que la première décision qu’il doit prendre est de mettre fin à l’état d’urgence. Que ce soit ce que l’on entend pour les attentats, pour la prévention du terrorisme, etc. Mais, d’une façon générale, essayer de voir loin, et de plutôt miser sur l’éducation, sur les projets, sur la culture, sur l’accompagnement des personnes. On est dans une politique de la réaction. Il se passe quelque chose et bim, on fait un état d’urgence. On met des bouts de sparadrap, on essaye de rassurer les gens. Il faut sortir de ça et essayer de construire à long terme, même si ça prend du temps, même si ce n’est pas facile, même si ça ne donne pas de résultats sexy qu’on peut afficher partout tout de suite. Il faut aller vers ça : plus de culture, plus d’éducation, plus d’accompagnement, plus de soins. C’est là-dedans qu’il faut mettre l’argent et les moyens.

Pourquoi êtes-vous intéressé par cette élection ?

Quand même, c’est l’élection du Président de la République ! Ça va forcément conditionner la politique du pays et ça influe pas mal sur notre vie. Notamment moi, en tant qu’artiste, qu’intermittent du spectacle, il y a toujours plein de questions sur le statut, sur les subventions. De façon plus vaste, ça influe sur la vie des gens, comment s’organisent les différentes structures. Je pense à plein de choses parce que ce sont des gens que je côtoie pour différentes activités. Je pense au statut d’auto entrepreneur par exemple. Comment on s’organise pour travailler ensemble. Selon celui qui sera élu, ça sera complètement différent.

Avez-vous déjà finalisé votre vote ?

Non, pas du tout. Tout ce que je sais, c’est que ce sera à gauche, sauf si je n’ai pas le choix au deuxième tour.