Présidentielle: Macron-Bayrou, un «gloubi boulga» pour certains, une alliance saluée par d'autres

REACTIONS L'annonce du président du MoDem en a surpris plus d'un...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président du MoDem François Bayrou
Le président du MoDem François Bayrou — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

François Bayrou (MoDem) a fait ce mercredi une offre d’alliance à Emmanuel Macron (En Marche !), que ce dernier a accepté. Cette nouvelle union a fait réagir la classe politique de tous bords, certains n’hésitant pas à rappeler les critiques faites par François Bayrou à l’encontre de celui qu’il vient de s’allier.

« Gloubi boulga » chez Emmanuel Macron

Pour Florian Philippot, vice-président du Front national : « Bayrou soutenait Hollande en 2012. Logiquement il soutient son ministre et héritier en 2017 ».

De son côté, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste a raillé sur Twitter François « Bayrou (qui) estimait qu’Emmanuel Macron était soit un hologramme, soit un homme sous l’influence de l’argent et il le rejoint ? Cherchez l’erreur ! »

>> A lire aussi : Quand François Bayrou taillait un costard à Emmanuel Macron

Même son de cloche chez Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat. « Après avoir qualifié Emmanuel Macron de "principal artisan de l’échec économique de François Hollande", après l’avoir qualifié de "candidat des forces de l’argent" et après avoir soutenu François Hollande en 2012, François Bayrou souhaite s’allier à Emmanuel Macron. C’est un nouveau coup dur pour Emmanuel Macron. Entre François de Rugy, Alain Minc et François Bayrou, l’heure est au "gloubi boulga" chez Emmanuel Macron », a-t-il dit dans un communiqué. 

Un signe synonyme de rassemblement pour les proches de Macron

« Je crois que personne n’est dupe, il y a principe de réalité chez François Bayrou, comme il s’est appliqué à François Hollande il y a quelques semaines. Il n’a pas d’électeur, il n’a pas de soutien, il n’a pas de projet. C’est un aveu, un constat d’échec. », a dit Luc Chatel, député LR de Haute-Marne sur BFMTV.

>> A lire aussi : François Bayrou, un ralliement à Macron pour quelle contrepartie?

Mais cette alliance a été saluée chez les soutients d’Emmanuel Macron, qui y voient un geste au nom du rassemblement. Gérard Collomb, sénateur-maire (PS) de Lyon, a estimé que « pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, les progressistes sont en mesure de se rassembler pour faire gagner la France ».

Le député PS des Alpes-de-Haute-Provence, Christophe Castaner, y « voit un geste très honorable, très fort, très puissant. Les conditions de fond énoncées par François Bayrou, Emmanuel s’y retrouve totalement. Je voudrais saluer l’homme de combat, l’homme qui voulait rassembler le centre, l’homme qui a toujours été le pilier du combat contre le Front national. »

>> A lire aussi : La proposition de François Bayrou de s'allier à Emmanuel Macron fait bondir le CAC 40

Enfin, François de Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique et participant à la primaire de la gauche a saluer « le sens des responsabilités et le geste politique fort et courageux de @bayrou : le rassemblement est nécessaire et va se poursuivre ».