Présidentielle: «Je ne courrai pas après Jean-Luc Mélenchon», soutient Benoît Hamon

PRESIDENTIELLE Le candidat socialiste à la présidentielle affirme être « le mieux placé pour faire gagner la gauche » et pour « rassembler la gauche »…

20 Minutes avec AFP

— 

Benoit Hamon lors de son discours d'investiture à la Mutualité, dimanche 5 février 2017.
Benoit Hamon lors de son discours d'investiture à la Mutualité, dimanche 5 février 2017. — AFP

Les relations entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ne sont pas des plus cordiales. « Je l’ai eu hier au téléphone, je constate que ses déclarations sont assez brutales (…), je ne répondrai pas avec les mêmes mots à Jean-Luc Mélenchon », a expliqué le candidat lors d’une conférence de presse après sa rencontre avec le Premier ministre portugais Antonio Costa.

>> A lire aussi : Présidentielle. Benoît Hamon a «parlé» à Jean-Luc Mélenchon d’un éventuel rassemblement

Répondant notamment au candidat de La France insoumise qui a dit vendredi qu’il n’avait « pas l’intention de s’accrocher à un corbillard », en référence au Parti socialiste, il a ajouté : « Je m’adresse aux électeurs, je ne courrai pas après Jean-Luc Mélenchon, je ne cours après personne, je n’oblige personne. »

Hamon estime n’être pas dupe

« Aujourd’hui, je suis le mieux placé pour faire gagner la gauche, je suis le mieux placé pour rassembler », a-t-il précisé, rappelant n’avoir jusqu’ici « jamais considéré que c’était un préalable à quoi que ce soit ». Mais, « devant une situation où Marine Le Pen représente un danger pour la République et pour la démocratie, oui, maintenant je le dis, je suis le mieux placé pour faire gagner la gauche », a-t-il insisté.

La veille, en privé, le député des Yvelines s’était amusé que « certains puissent penser que je découvre ce qu'il se passe ». « J’ai gagné la primaire, je suis candidat, oui, je sais où je vais », avait-il assuré. Il avait également moqué les reproches émanant de personnalités du Parti socialiste lui reprochant que sa campagne ne décollait pas, en espérant autant de « faux plats » à ses concurrents, alors qu’il progresse dans les enquêtes de popularité. Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon se sont parlé vendredi au téléphone et ont en principe convenu de se rencontrer à la fin de la semaine prochaine.