Adrien Quatenennens et Ugo Bernalicis devant l'Assemblée
Adrien Quatenennens et Ugo Bernalicis devant l'Assemblée — TLG/20mn

REPORTAGE

VIDEO. Législatives: On a suivi un jeune député insoumis pour ses premiers pas à l'Assemblée

Ugo Bernalicis a été élu député de la France insoumise dans le Nord...

Ils sont arrivés vers 10h30 à quelques pas de l’Assemblée nationale. De bonne humeur, comme des étudiants retrouvant leurs copains avant la rentrée des classes. Les 16 députés de la France insoumise élus au second tour des législatives se sont rassemblés au compte-gouttes sous un soleil écrasant pour leur « journée découverte » au Palais-Bourbon. Parmi eux, Ugo Bernalicis, 27 ans, député de la 2e circonscription du Nord.

>> A lire aussi : « Il faut une véritable police de proximité », pour le candidat de la France insoumise

« On vient à l’Assemblée en combattants »

Les Insoumis sont attendus par une nuée de caméras. Pas de quoi effrayer Ugo Bernalicis : « Ce n’est pas un souci. On est habitués. J’ai eu une bonne couverture presse déjà sur la circonscription lors de la campagne, car il y a eu des affaires très médiatisées concernant mon adversaire », raconte le jeune homme. « On n’a pas d’appréhension, on avait envie de venir, on est là. On vient à l’Assemblée en combattants », s’amuse le natif d’Arras.

Le député salue sa collègue Clémentine Autain qui arrive. « Vous êtes incroyables… tous ces nouveaux jeunes députés. C’est la folie », s’enthousiasme l’élue de Seine-Saint-Denis. Ugo Bernalicis lui apprend qu’ils seront voisins sur les bancs de l’Assemblée et proches… d’un certain Manuel Valls. « Non c’est une blague ? »

Les séances nocturnes ? « D’habitude je fais la fête la nuit alors… »

Ugo Bernalicis a hâte d’en découdre. Attaché d’administration au ministère de l’Intérieur, le jeune député s’intéressera particulièrement aux questions de sécurité. « J’étais en charge de cette thématique sur le programme. J’ai d’ailleurs eu de super retours de policiers », indique-t-il. « Et oui, il faut aussi compter sur la police insoumise ! »

Les jeunes députés du Nord de la France insoumise
Les jeunes députés du Nord de la France insoumise - TLG/20mn

Décontracté, même lorsqu’on l’interroge sur les interminables sessions nocturnes qui l’attendent. « Je n’ai rien prévu pour dormir à Paris. Mais apparemment, il y a des couchettes à l’Assemblée, on va faire ça. D’habitude je fais la fête la nuit alors… D’ailleurs je ne sais pas si on a le droit de boire de la bière à la buvette », s’amuse-t-il.

Soudain, tout s’excite. Jean-Luc Mélenchon arrive devant l’Assemblée avec un peu de retard. Le futur président de groupe des insoumis glisse un petit mot pour ses jeunes protégés. « Leur existence n’est pas liée à ma personne. Les électeurs ont voté pour eux. Leur extrême jeunesse veut dire quelque chose, pour nous c’est extraordinaire. »

Sans cravate dans l’hémicycle

Quelques photos et la troupe disparaît à l’intérieur du Palais-Bourbon. Le lendemain, le jeune député nous raconte la fin de journée très chargée. « La journée a été longue, je suis épuisé. On est d’abord allés prendre des photos dans l’hémicycle, prendre nos marques, et sans cravate ! Ça nous a voulu quelques remarques mais on les prend avec plaisir, j’ai dit que j’étais là pour casser les codes », s’amuse Ugo Bernalicis.

Après un déjeuner et une première réunion de groupe, place aux tâches administratives. « Il y a un petit parcours, on passe de fonctionnaires en fonctionnaires, on nous explique comment tout fonctionne, contrat de travail, forfait téléphone, statut des collaborateurs, complémentaire santé, etc. ».

Les nouveaux députés reçoivent également la fameuse mallette. A l’intérieur, l’écharpe tricolore, la cocarde, le règlement de l’Assemblée nationale et d’autres documents administratifs. « C’était impressionnant d’être dans l’hémicycle. D’y être avec mes camarades, Adrien [Quatennens, élu du Nord également] notamment, on ressent un honneur, une fierté. C’est magique. »

Le retour à l’Assemblée est prévu mardi prochain pour l’ouverture de la nouvelle législature. D’ici là, Ugo Bernalicis a prévu du repos en famille malgré les sollicitations des journalistes. « Je suis débordé de messages depuis hier ». Ah et la buvette ? « Je n’ai pas eu le temps d’aller voir, ce n’est que partie remise. J’aimerais bien qu’on puisse avoir de la Moulins d’Ascq, une bière bio locale et artisanale du Nord. Et préparé avec du houblon français. Symboliquement, ce serait intéressant. »