Mon bulletin dans ton urne: Où est l’opposition?, le PS gravement touché au portefeuille et El Khomri remercie Macron

LEGISLATIVES Chaque matin, « 20 Minutes » vous livre les trois informations marquantes de la campagne…

M.C.

— 

Assemblée nationale vide.
Assemblée nationale vide. — Thomas SAMSON / AFP

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’ quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

A quoi pourrait ressembler la future opposition à l’Assemblée ?

Comment incarner face à la vague Macron une opposition crédible à l’Assemblée nationale ? Au premier tour des élections législatives, les formations adversaires à La République en marche (LREM) ont connu des douches froides voire des défaites cuisantes. La gauche socialiste a le plus perdu dimanche, quand Les Républicains (LR) ont vu fondre l’espoir de constituer une majorité relative. Le Front national et la France insoumise obtiennent tous deux des scores médiocres après la présidentielle de mai. Pour ces formations, comment relever le gant ?

La défaite du PS est pire que ce que vous imaginez (il est question de gros sous)

« Désastre », « champ de ruines », « naufrage », « Bérézina »… Vous pensiez avoir tout entendu sur le cauchemar vécu par le Parti socialiste aux législatives ? Le PS, qui contrôlait la moitié de l’Assemblée, devrait s’effondrer dimanche prochain, n’obtenant que de 15 à 40 sièges. « On est à terre, décapité, éclaté, c’est quand même difficile d’avoir un soir de premier tour aussi violent », a lancé l’ex-ministre PS Thierry Mandon. La défaite pourrait s’avérer encore plus grave que prévue pour Solférino. 20 Minutes vous dit pourquoi.

Dans un tweet, Myriam El Khomri revendique le soutien du président Macron pour le 2e tour

Comme au bon vieux temps ! Myriam El Khomri, ancienne ministre du Travail, à l’origine de la controversée loi Travail, qui porte son nom, a reçu le soutien, pour le second tour des élections législatives, de son ex-collègue du gouvernement Valls, qui n’est autre que le président de la République, Emmanuel Macron. Investie par le PS dans la 18e circonscription de Paris, Myriam El Khomri a tweeté lundi que le fondateur d’En Marche ! la soutenait : « Merci au président de la République Emmanuel Macron de m’avoir confirmé sa confiance en m’apportant son soutien officiel pour ce second tour »