Résultats législatives: Qui sont les quatre candidats élus dès le premier tour?

LEGISLATIVES Ils ne sont que quatre cette année contre 36 aux législatives de 2012…

— 

Assemblée nationale (illustration).
Assemblée nationale (illustration). — NICOLAS MESSYASZ / SIPA

Ils sont les plus chanceux. Fini le tractage, les serrages de mains en série et le stress des résultats pour les quatre candidats aux législatives élus députés dès le premier tour. Ils ont recueilli la moitié des voix exprimées plus une, et un nombre de voix au moins égal au quart des électeurs inscrits pour réussir ce quasi-exploit.

>> A lire aussi : Suivez en direct toutes les réactions au lendemain du premier tour par ici

Sylvain Maillard, LREM, élu avec 50,3 % des voix dans la première circonscription de Paris

Porte-parole d’Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, membre du comité politique de LREM, ce patron d’une PME d’import-export de composants électroniques de 43 ans se présente comme un « militant depuis toujours au centre-droit ». Il a battu le député sortant Jean-François Legaret, maire Les Républicains du 1er arrondissement de Paris, qui n’a obtenu que 17,76 % des voix.

>> A lire aussi : La République en Marche savoure sa victoire malgré l'abstention record

Stéphane Demilly, UDI-LR, réélu dans la 6e circonscription de la Somme avec 53,77 % des voix

Le député sortant conserve avec facilité son siège à l’Assemblée nationale en obtenant 9 points de plus qu’au premier tour en 2012 (44,71 %). Celui qui est aussi maire de la ville d’Albert, 10.000 habitants, dépasse largement le candidat du Front National, qui recueille 21,25 % des voix.

>> A lire aussi : Quels résultats pour les six ministres de Macron qui jouent leur poste au gouvernement?

Napole Polutélé, Divers gauche, réélu de justesse à Wallis-et-Futuna avec 50,24 % des voix

Il s’en est fallu de peu pour que le député sortant de Wallis-et-Futuna soit obligé d’endurer un deuxième tour. Napole Polutélé, professeur d’histoire-géographie, peut souffler. Il conserve son siège à l’Assemblée nationale qu’il avait une première fois remporté en 2013 lors des législatives partielles. Sa circonscription, Wallis-et-Futuna, comptait cette année le plus petit nombre de candidats : trois concurrents seulement !

>> A lire aussi : La gauche radicale paie sa division au prix fort

Paul Molac, LREM, élu dans la 4e circonscription du Morbihan avec 54 % des voix

C’est ce qu’on appelle une victoire haut la main. Le député sortant Divers gauche, rallié à LREM pour cette élection, a doublé son score par rapport à 2012. Il devance ses adversaires LR (14,4 %), de la France insoumise (12,2 %) et du Front national (10,2 %). Il ne doit pas regretter son choix d’avoir rejoint la majorité présidentielle.

Retrouvez tous les résultats nationaux par ici :