Législatives 2017: El Khomri revendique le «soutien officiel» de Macron

POLITIQUE Revivez en direct le lendemain du premier tour des élections législatives 2017...

M.C, H.B.

— 

Paris, le 27 mai 2017. - L'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri pendant sa campagne législative dans la 18e circonscription de Paris.
Paris, le 27 mai 2017. - L'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri pendant sa campagne législative dans la 18e circonscription de Paris. — SIPA

L’ESSENTIEL :

  • Le parti d'Emmanuel Macron arrive nettement en tête avec 32,3% des voix
  • Il pourrait obtenir entre 400 et 455 sièges sur les 577 de l'Assemblée nationale
  • LR-UDI obtient 21,5%, le FN 13,2% et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon 11%
  • Le PS s'effondre et obtiendrait entre 15 et 40 sièges avec ses alliés
  • L'abstention a atteint le niveau jamais vu de 51,29%

INFOGRAPHIE

A LIRE AUSSI :

>> «Match plié» mais pas de «Macron-mania», selon la presse

>> Ils appellent à faire bloc contre la REM au second tour

>> «Ça serait bien que vous en preniez de la graine», Richard Ferrand tacle les journalistes

>> Craquage de Guaino, «légistatives», bisou de Macron... Les tweets les plus drôles du premier tour

 

21h : Ce live est terminé pour aujourd'hui

Bonne soirée à tous !

19h44 : Myriam El Khomri revendique le « soutien officiel » d’Emmanuel Macron

candidate investie par le PS dans la 18e circonscription de Paris, a revendiqué lundi sur Twitter le « soutien officiel » du président de la République.

18h53 : Patrick Balkany soutient une candidate de LREM au second tour: 

Le député sortant LR de la 5e circonscription des Hauts-de-Seine refuse de soutenir le candidat investi par son parti. Arnaud de Courson est en effet un opposant de longue date de Patrick Balkany.

18h : Comment faire campagne quand on a presque gagné ou presque perdu

Une très bonne question posée par un de nos journalistes de Rennes.

 

17h46 : LFI appelle à voter pour ses candidats, ceux du PCF et les socialistes frondeurs

La France insoumise a appelé ce lundi ses électeurs à voter au second tour des législatives pour ses candidats qualifiés mais aussi ceux du parti communiste, avec lequel elle est en froid, et les socialistes frondeurs « ayant signé la motion de censure contre la loi El Khomri ». Dans un communiqué, Martine Billard, animatrice du comité électoral national de La France insoumise, appelle à « voter pour toutes celles et ceux qui s’opposent à la loi Travail, à l’état d’urgence et au projet autoritaire et productiviste d’Emmanuel Macron ».

17h30 : Un candidat FN perdant appelle à voter pour La France insoumise... et rétro-pédale

Interrogé par Franceinfo, le candidat FN de Saint-Nazaire, Gauthier Bouchet, affirme s'être emporté dimanche soir, après sa défaite. «J'étais un peu dépité par mon score, je n'avais pas conscience de ce que je disais. C'était inapproprié, dans un contexte où une centaine de candidats FN sont qualifiés pour le second tour.»

16h39 : Qui est Sylvain Maillard, l’un des quatre candidats de la République en Marche élu dès le premier tour ?

Sylvain Maillard (LREM) a dépassé les 50 % dans la première circonscription de Paris, dimanche, et fait son entrée à l’Assemblée nationale. Celui qui se présente comme « militant depuis toujours au centre-droit » est patron d’une PME d’import-export de composants électroniques. Il est membre du bureau politique de l’UDI (Union des démocrates et des indépendants). Il a rejoint le comité de la République en marche dès 2016 et a été porte-parole d’Emmanuel Macron pendant la Présidentielle.

 

16h: LR veut resserrer les rangs jusqu’à dimanche, remettant à plus tard le débat sur la ligne

Les Républicains, sonnés par l’ampleur de leur défaite au premier tour des législatives, se sont engagés lundi à resserrer les rangs d’ici dimanche, le temps de la « reconstruction » d’un parti désormais déchiré ne devant intervenir qu’à l’automne.

« Il faut éviter d’avoir une Assemblée monolithique », a réaffirmé François Baroin, chef de file LR pour les législatives, au cours d’un bureau politiques qui a rassemblé au plus une cinquantaine de participants. Parmi les grands absents figurait notamment le vice-président Laurent Wauquiez, décidé à ne s’exprimer qu'« après le 18 juin ».

« Nous sommes sur un chemin de crête avec deux versants nord », a également affirmé François Baroin, traduisant la morosité d’un parti qui risque de se retrouver, selon un décompte LR, au mieux avec 110 députés (en comptant les UDI), au pire avec 70, alors que le parti du président Emmanuel Macron pourrait en rassembler plus de 400.

15h31 : Le gouvernement n’ouvrira pas le chantier de la proportionnelle avant 2018

« Je suis favorable à la proportionnelle de manière dosée pour refléter le pluralisme de notre vie politique », disait Emmanuel Macron en mars lors de la présentation de son programme.

Au lendemain du premier tour des élections législatives, nombreux sont ceux qui appellent à revoir au plus vite le mode d’élection de nos députés. Le scrutin actuel majoritaire devrait permettre à la République en marche de rafler autour de 435 députés avec seulement 32 % des suffrages exprimés. Mais selon le site Internet francetvinfo, qui tient l’information d’une source gouvernementale, proche du chef de l’Etat, cette réforme ne sera pas à l’ordre du jour avant 2018 du fait d’un calendrier parlementaire jugé "trop chargé". Début mai, sur Mediapart, Emmanuel Macron affichait pourtant sa volonté d’aller vite, estimant qu’il fallait faire cette réforme avant la fin de l’année.

15h24 : Nicolas Dupont-Aignan en mauvaise posture dans l’Essonne

Plombé par son soutien au Front National, dans l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle, Nicolas Dupont Aignan s’est qualifié de justesse pour le second tour dans la 8e circonscription de l’Essonne où il brigue un cinquième mandat. Le candidat de Debout la République a récolté  29,75 % des suffrages exprimés, ce qui lui permet d’arriver deuxième derrière le candidat de la République en marche, Antoine Pavamani.

15h06 : A Amiens, François Ruffin organise ce lundi soir une balade anti-Macron

Rendez-vous place Monstrelet ce lundi à 20 h à Amiens. Le journaliste François Ruffin, réalisateur du documentaire Merci Patron, rassemble ses troupes dans la première circonscription de la Somme où il s’est qualifié hier pour le second tour. Il est arrivé deuxième avec 24,32 % des voix, derrière justement le candidat de La République en marche, le maire d’Abbeville, Nicolas Dumont, qui a obtenu 34,13 % des voix.

 

14h56 : Après la débâcle du PS, Gérard Filoche pousse un coup de gueule contre Hollande

« Cela fait cinq ans qu’on va droit dans le mur », s’emporte le socialiste Gérard filoche au micro de BFMTV. Puis, celui qui fut un temps candidat à la primaire de Gauche à la présidentielle commence une longue litanie de reproches à l’égard de François Hollande qu’il accuse d’être le premier responsable de la débâcle actuelle du Parti socialiste.

 

14h25: Dur... «Les Bronzés» font plus d'audiences que les léglislatives

Sur TF1, la soirée électorale a réuni 3,6 millions de personnes en moyenne (avec un pic de 4,7 millions à 20h37), soit moins que le film culte «Les Bronzés» diffusé peu après 21h00, qui a séduit près de 3,9 millions de spectateurs en moyenne.

A noter que France 2 a vu son audience chuter pour la deuxième partie de sa soirée électorale (entre 21h30 et 22h30), diffusée pendant «Les Bronzés», à 2,7 millions de spectateurs en moyenne.

De son côté, la chaîne d'info en continu BFMTV a rassemblé 674.000 spectateurs en moyenne de 18h à minuit, avec un maximum de 1.063.000 selon les chiffres cités par la chaîne, devant sa concurrente LCI qui revendique 145.000 téléspectateurs sur sa soirée spéciale (de 17h30 à minuit).

14h : Un petit plaisantin met en vente le siège du Parti socialiste

Le siège du Parti socialiste, rue de Solférino, s’est retrouvé en vente sur le site Leboncoin, peu de temps même avant l’annonce des résultats du premier tour des élections législatives, dimanche soir.

« Vends monument historique - ancien siège du Parti socialiste - au 10, rue de Solférino à Paris à cause de mauvais résultats électoraux, disait l’annonce. Le texte a été publié par un certain Camba qui explique, au HuffPost, avoir agi » avec beaucoup de cynisme, pour me moquer gentiment de mon ancienne formation politique". Il n’est toutefois pas allé jusqu’à proposer un prix de vente.

13h56: Les tweets les plus vachards et les plus drôles de ce premier tour

 

13h45: Qui a le plus perdu entre les présidentielles et les législatives?

Un peu plus d’un mois et demi sépare le premier tour des présidentielles de celui des législatives. Dans ce laps de temps très courts, des partis ont beaucoup perdu. C’est particulièrement du Front National et la France Insoumise. Le FN a enregistré 4,688 millions de voix de moins que le score obtenu le 23 avril dernier. La France Insoumise, pour sa part, en compte 3,957 millions de moins. Mathieu Gallard, de l’Ipsos, résume cela en un graphique. Le PS ne perd que 137.000 voix, mais il faut préciser qu’il partait de bien bas puisqu’il n’avait récolté que 6,36 % des suffrages exprimés lors de la présidentielle.

 

12h50 : NKM fait « sa polytechnicienne » sur Franceinfo

La candidate en ballottage défavorable dans la seconde circonscription de Paris était l’invitée de la radio ce lundi. « Y a 577 députés à l’Assemblée, la majorité absolue est donc à 290, pardon, je fais ma polytechnicienne », a plaisanté NKM. « Pas besoin d’avoir fait Polytechnique pour compter ça » lui a-t-on rétorqué sur le plateau.

 

12h29 : Nicolas Bay et Florian Philippot se renvoient la balle

Interrogé ce lundi dans Le Parisien, Nicolas Bay, éliminé dès le premier tour en Seine-Maritime, a indiqué que le score décevant du FN dimanche est dû aux dissensions au sein du parti : « J’ai été le premier à regretter que certains aient fait entendre des voix discordantes au sein du parti au lieu de se concentrer sur la campagne des législatives. » Florian Philippot a répliqué sur Europe 1 : « Ben non, moi je suis arrivé en tête dans ma circonscription, je me sens visé en rien. Mais chacun a sa part de responsabilité et y compris ceux qui ont dirigé la campagne de ces législatives. »

12h17 : Le Lab d’Europe 1 rend hommage aux « petits anges socialistes »

On ne tire pas sur l’ambulance… Au Lab d’Europe 1, si. Dans une vidéo au titre ironique, le site d’actualité politique de la radio, liste les ténors socialistes battus dès le premier tour des législatives. « Ces petits anges partis trop tôt de l’Assemblée nationale »…

 

12h06 : 1,10 % de voix pour le parti animaliste

Pour sa toute première participation à une élection, le Parti animaliste, lancé en novembre dernier (et dont nous vous avions parlé ici), a obtenu des résultats encourageants dimanche soir.

Le parti n’est pas en mesure d’obtenir de députés à l’Assemblée nationale, mais a tout de même obtenu un score moyen de 1,1 % dans les 147 circonscriptions où il présentait des candidats. Le parti a dépassé les 1 % dans 50 circonscriptions.

 

 

11h55: 20 Minutes vous résume ce premier tour des législatives en dix chiffres

 

11h51 : Dans le Rhône, des bulletins rédigés à la main faute de pré-imprimés

Pour participer dimanche aux élections législatives, dans le bureau 424 de la 2e circonscription du Rhône (Lyon), il fallait sa carte d’électeur ou une pièce d’identité et… un stylo. Faute de pré-imprimés au nom de certains concurrents, les votants ont été invités à noter, eux-mêmes, sur un morceau de papier, le nom de leur candidat, relate France 3 Rhône-Alpes.

 

11h32 : La Seine-Saint-Denis est le département métropolitain où on a le moins voté

L’abstention a atteint des niveaux records dimanche pour le premier tour des élections législatives, avec 51,29 % seulement de participation. En métropôle, l’abstention atteint 60,7 % en Seine-Saint-Denis, département qui a le moins voté dimanche. C’est pas beaucoup plus en moselle (57,4 % d’abstention), dans le Val d'Oise (56,1 %), la Seine-et-Marne (54,9 %) et le Haut-Rhin (54,3 %).

A l’inverse, c’est en Lozère que les électeurs se sont le plus déplacés aux urnes ce dimanche avec une participation de 59,4 %. Viennent ensuite le Lot (58,4 %), l’Aveyron (58,4 %), les Côtes-d’Armor (57,9 %).

11h15: «Un débat va s'ouvrir» sur la proportionnelle, assure le porte-parole de la République en Marche

Faut-il introduire une dose de proportionnelle dans les élections? Beaucoup la demande depuis dimanche soir, du Front National, qui y gagnerait beaucoup, à l'essayiste Raphaël Glucksmann. 

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait affirmé vouloir introduire une dose de proportionnelle dans les élections. Invité de RTL ce lundi matin, Benjamin Griveaux, porte-parole de la République en marche, s'est contenté d'expliquer qu'un débat allait s'ouvrir. 

 

10h56 : Et si ces législatives s’étaient déroulées à la proportionnelle ?

Les journalistes de la rubrique Les Décodeurs du Monde ont fait la simulation. Le résultat est nettement moins favorable à la République en marche. Avec le scrutin majoritaire à deux tours (le mieux placé l’emporte), le mouvement d’Emmanuel Macron pourrait obtenir dimanche entre 415 et 455 sièges sur les 577 à pourvoir, selon les projections réalisées au soir du premier tour.

Avec un scrutin à la proportionnelle, chaque parti dispose d’un nombre de siège relatif à son score. Au regard des scores obtenus au premier tour, la coalition

LRM et le Modem n’auraient obtenu qu’une majorité très relative de 186 députés avec ce système, indiquent Les Décodeurs. La coalition des forces de gauche (du PS à la France Insoumise) en aurait obtenu 164. Le Front National, lui, aurait décroché 76 sièges.

 

10h47: Au tour de Plantu de s'amuser avec ces légilsatives

Ces élections législatives otn inspiré les dessinateurs de presse. Sur Twitter, Plantu a partagé son dessin paru dans Le Monde ce lundi matin.

 

10h35: S'il est élu, Xavier Bertrand ne votera pas la confiance

Xavier Bertrand, président LR de la région Hauts-de-France, a dit lundi que s'il était député, il ne voterait pas la confiance au gouvernement. «Parce que c'est un chèque en blanc». Et aussi parce que «je ne veux pas de l'augmentation de la CSG», a-t-il précisé sur BFMTV et RMC.

Xavier Bertrand a aussi appelé à «une nouvelle opposition» face au raz-de-marée de la République en marche.

 

10h13 : Les législatives françaises vues de l’étranger

Le Courrier International fait le point. « La France n’aura pas vu un tel ménage parlementaire depuis la Première Guerre mondiale », constate notamment The Times.

 

 

10h04: Si la France était une commune de 100 électeurs, 11 seulement auraient voté Macron

L'infographie de Francetvinfo invite à relativiser le score de la République en marche (REM) dimanche soir et à s'alarmer de l'abstention...

 

9h44 : Le PS est « à terre, décapité, éclaté », il doit « bosser » pour Thierry Mandon

L’ex-ministre PS Thierry Mandon a estimé lundi sur RTL que le Parti socialiste était à « terre, décapité, éclaté » prônant que le nouveau PS « bosse » et répétant qu’il fallait donner « les clés à une nouvelle génération ».

« On est à terre, décapité, éclaté, c’est quand même difficile d’avoir un soir de premier tour aussi violent », a reconnu l’ancien secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur. « Humilité et on bosse », a-t-il préconisé.

 

9h37 : Patrick Mennucci n’a pas su voir les signes ?

Le candidat PS sortant à Marseille, l’un des ténors de son parti, a annoncé son élimination dès le premier tour, dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône où il affrontait notamment Jean-Luc Mélenchon.

 

9h22 : Raffarin parle de « bing bang » et prévient Macron : « il va falloir tout construire »

Invité de la matinale de RTL, l’ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (LR) a estimé lundi que le raz de marée La République en marche (REM) qui s’annonce aux législatives était « un bing-bang » mais prévient qu’il va « falloir tout construire ». « Les gens nouveaux arrivent, il n’y a plus d’encadrement ni à gauche ni à droite, de nouvelles forces arrivent, (..) il n’y a pas d’organisation », a-t-il dit. « Il va falloir structurer un parti qui n’existait pas et va devoir être au centre de la vie politique française », a-t-il ajouté.

 

Kosciusko-Morizet : « On part vers un truc hyper hégémonique »

Nathalie Kosciusko-Morizet (Les Républicains) était ce lundi sur France Info où elle est revenue sur le bon score du mouvement La République en marche. La députée sortante de l’Essonne est qualifiée pour le second tour dans la deuxième circonscription de Paris, mais arrive loin derrière le candidat de La République en Marche. NKM n’a pas manqué alors de critiquer la formation d’Emmanuel Macron. « On part vers un truc hyper hégémonique. Le premier geste sera le garde-à-vous avant celui de l’embrassade », a-t-elle déclaré. « Les partis traditionnels sont balayés. Macron met surtout fin aux partis de ce système-là mais il remplace par un parti qui, à mon avis, fonctionne pareil. Un coup de balai terrible, mais est-ce qu’on a pour autant trouvé une forme nouvelle de la vie politique ? Moi je ne crois pas », a estimé NKM.

Elle tenait déjà ce même discours dimanche soir sur le plateau de France 2.

 

8h56: Battu à quelques voix près, Nicolas Bay (FN) demande un recomptage

Avec 22,78% des suffrages, le frontiste Nicolas Bay est arrivé en troisième position dans la 6e circonscription de Seine-Maritime, derrière le candidat LREM Philippe Dufour (26,87%) et celui du PCF Sébastien Jumel (22,82%). «Nous allons demander un recomptage des voix compte tenu du très faible écart», a annoncé sur franceinfo le secrétaire général du FN. 

8h52 : Castaner : L’abstention est « un échec de cette élection »

L’abstention massive (51,29 %) qui a marqué le premier tour des législatives est "un échec de cette élection", a estimé lundi Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement.

"C’est un échec de cette élection, c’est un échec qui se répète hélas (…) je crois qu’effectivement il faut l’entendre, il faut redonner confiance", a déclaré Christophe Castaner sur France 2.

8h41 : « Votez PS » ; « SOS FN »…

Le coup d’œil rigolo sur ce premier tour des Législatives 2017 du dessinateur de presse Marc Large, à retrouver dans le quotidien régional Sud Ouest.

 

8h33 : « Guaino était original, il devient marginal »

Invité du 7.9 de France Inter ce lundi matin, l’ex ministre (Les Républicains) Brice Hortefeux a fustigié la sortie d’Henri Guaino, l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy, sur BFMTV. Candidat dans la 2e circonscription de Paris et peu satisfait de son score, Henri Guaino avait estimé que les électeurs de cette deuxième circonscription étaitent à « vomir ».

8h27 : Pour David Rachline, le FN résiste mieux que les autres

Le sénateur-maire Front National de Fréjus (Var), David Rachline, était ce lundi matin au micro de RTL où il est revenu sur le score de son parti au premier tour des législatives. « La réalité, c’est que par rapport à 2012, nous passons de 60 seconds tours à 120. Nous résistons beaucoup mieux que les autres, il y a un effondrement des Républicains et du Parti socialiste », a-t-il estimé.

 

8h17 : Les internautes sans pitié pour le PS

Après avoir seulement obtenu 9,51 % des voix, le Parti socialiste a connu une forte déconvenue au premier tour des législatives dimanche. De quoi inspirer de nombreux internautes sur Twitter.

 

7h45: Macron est «heureux», selon Christophe Castaner

Invité des « 4 Vérités » sur France 2 ce lundi matin, Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, a affirmé que « les Français avaient choisi le renouvellement ». Il a également déclaré qu’Emmanuel Macron était « heureux » et « au travail » après les bons résultats de LREM aux élections législatives.

 

7h40: Hamon file la métaphore et s’imagine en Sisyphe

Eliminé dès le premier tour des législatives, l’ex-candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a posté ce lundi matin une image sur son compte Twitter représentant le personnage mythologique Sisyphe, héros connu pour s'être rebellé contre les lois. Condamné par les dieux pour avoir osé les défier, il doit pousser sans cesse un rocher jusqu’au sommet d’une montagne, et chaque fois qu’il y parvient, la pierre retombe…

 

7h35: Quatre candidats élus dès le premier tour

Au total, quatre candidats ont été élus ce dimanche au premier tour. C’est bien moins qu’en 2012, lorsque 36 candidats avaient été élus sans attendre le second tour. Sylvain Maillard de LREM, 43 ans, a remporté l’élection avec 50,80 % des voix devant le LR Jean-François Legaret (17,76 %) dans la 1ere circonscription de Paris. Stéphane Demilly, le candidat UDI, a été réélu dans la 5e circonscription de la Somme avec 53,77 % des voix. Napole Polutélé, candidat divers gauche de Wallis et Futuna, a été réélu dès le premier tour avec 50,24 % des voix et Paul Molac, candidat LREM a été élu dans la 4e circonscription du Morbihan avec 54 % des suffrages.

7h30: «Le score du FN est une déception» estime Nicolas Bay

Candidat dans la 6e circonscription de Seine-Maritime, Nicolas Bay, secrétaire général du FN, a obtenu 22,78 % des voix, et admet que le score national du FN est une déception. «Le tassement entre le score à la présidentielle et celui des législatives est plus fort que d’habitude. Beaucoup d’électeurs ne se sont pas déplacés, démobilisés parce qu’ils estimaient qu’Emmanuel Macron avait déjà gagné et que ce n’était pas la peine d’y aller. Cela prive un nombre important de personnes d’une représentation à l’Assemblée et cela pose un problème démocratique», estime le secrétaire général du FN .

 

7h22: La majorité présidentielle pourrait avoir dimanche prochain entre 400 et 455 des 577 sièges de l’Assemblée nationale

Un mois après son entrée à l’Elysée, Emmanuel Macron est en position de force pour s’assurer une majorité pléthorique après un premier tour des législatives où son parti a laminé tous ses adversaires, sur fond d’abstention record. Selon les projections par sièges, LREM et son allié du MoDem raviraient dimanche prochain entre 400 et 455 des 577 sièges de l’Assemblée nationale.

7h20: Une seule triangulaire au second tour dans l’Aube

La seule triangulaire du second tour des législatives aura lieu dans la 1ère circonscription de l’Aube. Le candidat de la République en marche sera opposé aux candidats LR et FN.

 

7h15: Abstention record de 51,29 %

Selon les chiffres définitifs du ministère de l’Intérieur, le taux d’abstention se situe à 51,29 % des électeurs, un record dans l’histoire de la Ve République.

 

7h10: Raz-de-marée LREM dans le Rhône

Dans le Rhône, fief du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, les candidats LREM arrivent en tête dans les 14 circonscriptions du département, et souvent très loin devant les autres candidats.

7h03: Ils appellent à faire bloc contre LREM au second tour

Pour une fois, tous les partis d’opposition sont unanimes : il faut stopper le tsunami En marche. Les partis traditionnels se sont pris une énorme claque dimanche au premier tour des élections législatives, et les valeureux qui combattent encore au deuxième tour en appellent aux électeurs pour faire barrage au tout-puissant parti du président de la République Emmanuel Macron. A lire par ici.

6h36: La République en marche! est en tête à 32,32%, la droite à 21,56%

Le FN arrive lui à 13,20%, la France insoumise et le PCF ont rassemblé 13,74% des voix, et la gauche PS-PRG-DVG 9,51%.

6h30: Ballottage favorable pour la quasi-totalité des candidats LREM en Ile-de-France

Manuel Valls est l’un des seuls à avoir sauvé sa peau. Dans la capitale, la République en marche pourrait frôler le grand chelem au second tour. Sur les 16 candidats investis par le parti du président, un, Sylvain Maillard, a été élu dès le premier tour et les autres arrivent largement en tête. La plupart des candidats socialistes ont été laminés.