Résultats législatives: Jean-Christophe Cambadélis balayé à Paris, symbole de la déroute du PS

ELECTIONS Le Premier secrétaire du Parti socialiste a été éliminé dès le premier tour dans la 16e circonscription de Paris…

T.L.G.

— 

Jean-Christophe Cambadélis, le 24 avril 2017, à Paris.
Jean-Christophe Cambadélis, le 24 avril 2017, à Paris. — AFP

Il se disait « plutôt confiant » mais sans donner l’air de trop y croire. Jean-Christophe Cambadélis a été battu dans son fief du XIXe arrondissement dimanche soir. Le Premier secrétaire du Parti socialiste est éliminé dès le premier tour des élections législatives, avec moins de 10 % des voix, très loin derrière le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi (La République en marche), largement en tête avec environ 37 %, et la candidate de La France insoumise, Sarah Legrain (environ 20 %), tous deux qualifiés pour le second tour.

Ni la venue de Bernard Cazeneuve sur ses terres, ni le soutien du populaire maire de l’arrondissement François Dagnaud, son suppléant, n’auront suffi. La désormais célèbre palette rouge ne lui aura pas non plus été d’une grande aide. Avec cette opération de communication, le patron de Solférino aura surtout récolté les moqueries des réseaux sociaux.

Député depuis 1988, lors du second mandat de François Mitterrand, le patron de Solférino est apparu comme l’incarnation d’un monde politique en train de disparaître, balayé par le « renouveau » des jeunes pousses de Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. « L’ancien monde est grand, il a un regard noir et des gestes de caïd », avait lancé Sarah Legrain dans Libération.

Restera-t-il à la tête du PS ?

La défaite de Jean-Christophe Cambadélis symbolise l’effondrement du PS, bousculé depuis plusieurs mois par l’émergence du mouvement d’Emmanuel Macron à sa droite et celle de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon à sa gauche. « C’est une fin de cycle. C’est pas la fin du socialisme, pas la fin de l’histoire du socialisme en France, c’est la fin de cette maison construite en 1971, la fin de cette maison-là, pour des raisons qui sont évidentes », prophétisait l’intéressé en début de semaine.

Le nouveau cycle se fera-t-il avec Camba à sa tête ? L’intéressé ne semblait pas vouloir baisser les bras, lors d’une interview à la chaîne Youtube « Indécis ». « Que je sois élu ou battu, je continuerai à faire de la politique, même quand j’aurai une petite canne ».