Législatives: Pour Olivier Serva, candidat d'En marche!, l’homosexualité est une «abomination»

PROPOS Contacté, le service de presse de LREM n’était pas au courant des propos de son candidat…

Manon Aublanc

— 

Capture écran de l'affiche d'Olivier Serva, candidat pour la 1re circonscription de Guadeloupe, pour les législatives, publié sur son compte Twitter.
Capture écran de l'affiche d'Olivier Serva, candidat pour la 1re circonscription de Guadeloupe, pour les législatives, publié sur son compte Twitter. — Capture écran Twitter

Olivier Serva, candidat aux législatives sous l’étiquette La République en marche, pour la 1ere circonscription de Guadeloupe, a qualifié l’homosexualité « d’abomination » avant de juger le mariage pour tous « intolérable ».

Expert-comptable, responsable associatif et agrégé d’économie, Olivier Servan portera les couleurs de la majorité présidentielle pour les législatives du 11 et 18 juin. Celui qui est également, depuis 2014, vice-président du conseil régional dirigé par Harry Chalus avait qualifié lors d’un débat dans une émission de la chaîne Première le 24 octobre 2012, l’homosexualité « d’abomination ».Dans la vidéo, dénichée par StreetPress, le candidat explique également que, pour lui, le mariage entre personnes de même sexe était un « péché ».

>> A lire aussi : Mariage pour tous: Une grande majorité de Français favorable au maintien de la loi Taubira

« Un homme qui couche avec un homme ou une femme avec une femme, c’est une abomination »

Sur le plateau ce jour-là, invité face à Olivier Serva, David Auerbach Chiffrin, porte-parole de Total Respect, une association de lutte contre l’homophobie. Entre les deux hommes, l’ambiance est électrique. « Être tolérant, ce n’est pas accepter l’intolérable. Pour le chrétien que je suis, quand je lis la Bible, il est écrit qu’un homme qui couche avec un homme ou une femme avec une femme, c’est une abomination » explique le candidat LREM.

Quelques minutes plus tard, le vice-président du conseil régional réitère ses propos sur le mariage homosexuel : « Bien sûr que c’est un péché. La Bible le dit. » Et son discours continue pendant toute la durée de l’émission : « L’homosexualité est un choix, une préférence sexuelle qui est de l’ordre privé », avant d’ajouter que « la société guadeloupéenne n’est pas prête » pour le Mariage pour tous, « dans 1.000 ans, 2.000 ans peut-être. »

>> A lire aussi : Législatives: Les casseroles s'amoncellent sur La République en marche

« Je n’ai jamais été homophobe »

Contacté par franceinfo, Olivier Serva tente de se justifier : « Ces propos sont sortis de leur contexte. Il y a cinq ans, nous étions en plein débat sur la loi pour le mariage pour tous », raconte celui qui était alors président du mouvement politique local Eko Zabym. « A l’époque, j’avais fait valoir mes convictions. » Il assure que depuis « de l’eau a coulé sous les ponts (…) La loi est passée, je respecte le mariage pour tous ». « Je n’ai jamais été homophobe, j’ai beaucoup d’amis homosexuels. Je respecte le choix de chacun » s’est-il justifié.

De son côté, StreetPress a contacté ce mercredi le parti d’Emmanuel Macron. Le service presse a confié « ne pas être du tout au courant » des propos de son candidat investi. La communication d’En marche ! a annoncé que le parti devrait répondre, sous peu, « de manière globale », avant d’annoncer qu’Olivier Serva n’est « pas le seul » candidat à avoir tenu des propos homophobes. Rassurant.