Législatives: Solère, candidat LR, ne veut pas être «un député destructeur» face à Macron

LEGISLATIVES Si Emmanuel Macron obtient la majorité à l’assemblée, le député ne sera pas dans « une opposition bête et méchante »…

N. Se. avec AFP

— 

Thierry Solère, député LR sortant qui se représente à Boulogne- Billancourt (Hauts-de-Seine)
Thierry Solère, député LR sortant qui se représente à Boulogne- Billancourt (Hauts-de-Seine) — Michel Euler/AP/SIPA

Encore un Républicain qui fait les yeux doux au nouveau président ? Thierry Solère, député LR et ex-organisateur de la primaire de LR, a affirmé mardi sur Public Sénat qu’il ne serait « pas un député destructeur » si Emmanuel Macron avait une majorité à l’Assemblée.

>> A lire aussi : Législatives: Baroin prône le «désistement» en cas de victoire possible du FN

« Je ne serai pas un député destructeur dans une opposition bête et méchante », a assuré ce député sortant qui se représente à Boulogne- Billancourt dans les Hauts-de-Seine. « La seule chose qui m’importe, c’est qu’on ne soit pas - ce qu’on est trop souvent gauche et droite dans notre pays - dans des postures politiques », a dit celui qui a signé un appel à « répondre à la main tendue » par Emmanuel Macron après la nomination d’Edouard Philippe, député-maire du Havre LR comme Premier ministre.

Thierry Solère, semble-t-il dans les petits papiers du président de la République, n’a pas de candidat REM face à lui dans sa circonscription. « On a un Premier ministre qui est issu de nos rangs et Edouard Philippe, c’est globalement ce qu’on avait de mieux en magasin » a-t-il confié. « Je voterai toutes les réformes qui vont dans le bon sens d’où qu’elles viennent », a-t-il dit, se revendiquant comme « quelqu’un de libre ».

Invité à commenter une formule de François Baroin, chef de file LR pour les législatives, qui a usé du terme « constructif », Thierry Solère s’est dit « ravi de voir François Baroin dire cela » car « les Français c’est ce qu’ils attendent ». François Baroin a affirmé dimanche que Les Républicains n’entendent pas incarner une « droite scrogneugneu » face à Emmanuel Macron. « Il fait un grand travail pour essayer de porter nos 577 candidats mais vous voyez bien que c’est difficile » après la défaite au premier tour de François Fillon, a aussi dit Thierry Solère.