Législatives: Un match ouvert et disputé dans le Territoire de Belfort

POLITIQUE Duel entre « ennemis politiques » à droite et au centre, et de forts scores des extrêmes à la présidentielle, le scrutin s’annonce indécis…

Alexia Ighirri

— 

Législatives: Un match ouvert et disputé dans le Territoire de Belfort (illustration
Législatives: Un match ouvert et disputé dans le Territoire de Belfort (illustration — Gilles Varela / 20 Minutes
  • Les deux circonscriptions du Territoire de Belfort sont dirigées par Damien Meslot (Les Républicains) et Michel Zumkeller (UDI) depuis 2002.
  • Le résultat des élections législatives 2017, qui auront lieu les 11 et 18 juin, est indécis.

Difficile de faire des pronostics sur l’issue des élections législatives du 11 et 18 juin dans le Territoire de Belfort. Onze et douze personnes candidatent dans la 1ere et 2e circonscription, dirigées depuis 2002 par respectivement Damien Meslot (Les Républicains) et Michel Zumkeller (Union des démocrates et indépendants). Ce dernier se présente à sa succession, le premier ne se représente pas.

Damien Meslot occupe en fait le poste de suppléant de la candidature d’Ian Boucard (LR), son assistant parlementaire de 29 ans. Histoire d’apporter plus de poids à la première candidature du genre du jeune homme politique. Et de mener une nouvelle bataille (indirecte cette fois) contre son « ennemi politique » Christophe Grudler, candidat de La République en marche.

>> A lire aussi: Le scrutin de la désunion dans le Bas-Rhin

>> A lire aussi: Y a-t-il quelqu’un pour battre la droite dans le Haut-Rhin ?

Si le Parti socialiste va tenter de se relever du score médiocre de Benoît Hamon à la présidentielle – notamment grâce à un accord avec le Mouvement républicain et citoyen dans la 1ere circonscription —, les candidats de la France insoumise, eux, comptent bien surfer sur le score de Jean-Luc Mélenchon (19,1 % à l’échelle du département). Mais ils trouveront sur leur route des candidatures de Lutte ouvrière, du Parti communiste ou encore des écologistes.

Qui du vote des extrêmes ?

C’est aussi l’une des clés de ce scrutin indécis : les bons scores des extrêmes gauche et droite à la présidentielle vont-ils se répercuter aux législatives ?

Boosté lui aussi par le résultat de Marine Le Pen au premier tour dans le département (26,89 %), le Front national peut croire à une victoire. Sa candidate dans la 2e circonscription doit néanmoins faire avec une candidature dissidente d’extrême droite, d’un élu local ancien membre du FN, et d’une candidature Debout la France. Dans la 1ere circonscription, Jean-Raphaël Sandri, 25 ans seulement, a été investi.

>> Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle dans le Territoire du Belfort