Législatives: Boudjellal, Pupponi et Saint-André... Les trois premiers loupés de La République en marche

POLITIQUE Plusieurs candidats ont été investis à tort...

20 Minutes avec AFP

— 

Le maire de Sarcelles, François Pupponi, le 29 janvier 2015 à l'Elysée à Paris
Le maire de Sarcelles, François Pupponi, le 29 janvier 2015 à l'Elysée à Paris — Alain Jocard AFP

Dernière mise à jour jeudi à 21h00. La République en marche a fait parvenir à 20 Minutes la liste corrigée des candidats investis pour les législatives. Dix noms ont été retirés de la précédente liste communiquée, dont ceux de Mourad Boudjellal (Var), Augustin Augier (Français de l’étranger), Thierry Robert (La Réunion), François Pupponi (Val-d’Oise), Stéphane Saint-André (Pas-de-Calais). Dix nouveaux noms ont donc été ajoutés.

Voici les premiers couacs de La République en marche. Mourad Boudjellal, président du Rugby Club toulonnais, et François Pupponi, député-maire PS de Sarcelles, n’ont pas été investis candidats de La République en marche aux élections législatives, contrairement à ce qu’avait annoncé par erreur le parti d’ Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : Oh, le couac! Investi par En marche!, Mourad Boudjellal dément être candidat

La République en marche, nouveau nom d’En marche !, a précisé à l’AFP avoir « commis une erreur sur trois ou quatre noms » dans la liste des 428 candidats investis aux législatives de juin, publiée dans l’après-midi dans la foulée de sa conférence de presse.

Mourad Boudjellal, 56 ans, est un homme d’affaires qui a fait fortune dans la bande dessinée. Il a annoncé dans Var Matin qu’il était « sensible à la proposition » mais que ce n’était « pas (son) ambition » et qu’en sa qualité de « président de club sportif », il « ne peut pas être candidat aux législatives ».

Pupponi, candidat socialiste

François Pupponi, actuel député-maire PS de Sarcelles, a également démenti dans un communiqué transmis à l’AFP avoir été investi par En marche !. «Je serai bien le candidat du Parti socialiste sur la 8e circonscription du Val-d’Oise », écrit-il.

« Je viens d’apprendre que La République en marche a décidé de m’accorder son investiture (…) et que le mouvement ne présentera pas de candidat contre moi dans la 8e circonscription du Val-d’Oise », explique-t-il, mais « je n’ai ni adhéré au mouvement, ni à aucun moment sollicité cette investiture ou candidaté via la procédure prévue par celui-ci », dit-il.

« Je refuse cette investiture »

Le député PRG du Pas-de-Calais Stéphane Saint-André a lui aussi fait savoir qu’il avait décliné l’investiture proposée par la République en marche. « Je suis fidèle à mes convictions et à mon parti, le PRG (…). Je refuse cette investiture car je n’ai pas pour l’instant une parfaite information des engagements que je devrais prendre et je suis inquiet d’une éventuelle nomination au poste de Premier ministre d’Edouard Philippe qui est un opposant farouche au canal Seine Nord », a-t-il expliqué dans un communiqué.

Même chose pour Augustin Augier : « Contrairement à la liste publiée par @enmarchefr je ne suis pas candidat dans la 9e circonscription des Français établis hors de France », a-t-il tweeté.

Autre couac, le fils de Marielle de Sarnez, la vice-présidente du MoDem, et soutien de Macron, a démenti sur son compte Twitter être candidat pour le parti du président élu.

>> A lire aussi : Parité, société civile... Macron a-t-il tenu ses promesses sur les candidats de La République en marche?