VIDEO. Législatives: Fin du suspense! Valls ne sera pas étiqueté En marche!, mais n'aura pas de candidat du parti contre lui

INVESTITURE La candidature de l’ancien Premier ministre PS dans son fief de l’Essonne ne répondait pas aux critères définis par le mouvement…

20 Minutes avec AFP

— 

 Manuel Valls, l'ancien Premier ministre, lors d'une conférence de presse à Paris sur l'abstention au premier tour des élections présidentielles, le 5 mai 2017.
Manuel Valls, l'ancien Premier ministre, lors d'une conférence de presse à Paris sur l'abstention au premier tour des élections présidentielles, le 5 mai 2017. — PHILIPPE LOPEZ / AFP

Fin de la saga Manuel VallsLa République en marche. L’ancien Premier ministre, qui a dit sa volonté mardi de faire partie de la majorité présidentielle, ne sera pas investi aux législatives par La République en marche. Toutefois, le parti d’Emmanuel Macron ne présentera pas de candidat contre lui, a annoncé ce jeudi son secrétaire général Richard Ferrand.

La candidature de l’ancien Premier ministre PS dans son fief de l’Essonne ne répondait pas aux critères définis par le mouvement « car aucun candidat ne peut être investi s’il a déjà fait trois mandats de parlementaire », a expliqué Richard Ferrand.

>> A lire aussi : Les déboires politiques de Manuel Valls inspirent des internautes

Pas d’opposition La République en marche face à Valls

« Mais nous ne voulons pas donner l’impression d’humilier, de rejeter, d’être dans une vindicte. A ce stade, nous n’investissons pas l’intéressé, mais nous ne lui opposons pas de candidat (…) Au moment où nous rassemblons, nous estimons qu’on ne claque pas la porte au nez à un ancien Premier ministre qui veut nous rejoindre et être utile », a expliqué Richard Ferrand.

>> A lire aussi : La relation très (très) compliquée de deux rivaux en politique

« Nous ne bougerons pas nos critères, pas de passe-droits. Mais nous prenons acte de cette singularité d’un ancien Premier ministre et nous ne cherchons pas à mener querelle », a-t-il insisté.

Interrogé pour savoir si le cas de Manuel Valls avait été tranché par Emmanuel Macron lui-même, Richard Ferrand a répondu que le président élu a été saisi « de quelques cas qui relevaient d’un aspect particulier ».