Mélenchon demande que le seuil pour avoir un groupe à l'Assemblée soit abaissé

© 2012 AFP
— 
Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de gauche qui devrait avoir entre 9 et 11 députés à l'issue du second tour des législatives, a demandé dimanche soir que le seuil pour avoir un groupe à l'Assemblée, actuellement fixé à quinze députés, soit abaissé à dix.
Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de gauche qui devrait avoir entre 9 et 11 députés à l'issue du second tour des législatives, a demandé dimanche soir que le seuil pour avoir un groupe à l'Assemblée, actuellement fixé à quinze députés, soit abaissé à dix. — Denis Charlet afp.com

Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de gauche qui devrait avoir entre 9 et 11 députés à l'issue du second tour des législatives, a demandé dimanche soir que le seuil pour avoir un groupe à l'Assemblée, actuellement fixé à quinze députés, soit abaissé à dix. «Au Sénat on peut constituer un groupe à dix, donc j'estime qu'à l'Assemblée on devrait pouvoir en faire autant», a-t-il déclaré sur France 2. «Le résultat de ce système (est) assez absurde, nous serions à 45 (députés) si nous étions à la proportionnelle», a-t-il affirmé.

«La situation est tout à fait consternante. Nous avons progressé de plus de 600.000 voix, la plupart de nos candidats ont passé la barre des 25%, les sortants (sont) pratiquement tous à 30% (au premier tour, ndlr), mais le PS a eu une grande vague de confiance», a-t-il jugé. «Ce qui est en cause c'est le système électoral, ce n'est pas le parti socialiste, qui à juste titre, ayant gagné l'élection présidentielle, bénéficie du soutien des électeurs», a-t-il poursuivi. «Ayant plus d'électeurs que la dernière fois, nous avons moins d'élus», a-t-il regretté.

Interrogé sur ce qu'il allait faire après avoir brigué la présidence de la République, puis la députation à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où il a été devancé par Marine Le Pen et le candidat socialiste Philippe Kemel au premier tour, Jean-Luc Mélenchon a répondu: «Je vais d'abord commencer par me reposer parce que ce soir ça fait un an que je suis en campagne. C'est extrêmement pesant et épuisant, et il faut être capable de laisser passer la vague lorsqu'elle passe.»