Les sympathisants UMP et FN veulent une alliance entre leurs partis

Avec Reuters

— 

Une majorité de Français (51%) estime que le Front national est un parti comme les autres et une majorité des sympathisants UMP et FN souhaitent des alliances locales aux législatives, selon un sondage TNS Sofres Sopra Group pour i>Télé.

Selon cette enquête, diffusée vendredi, si une majorité de Français se montre aujourd'hui hostile à toute forme de rapprochement entre l'UMP et le FN, ce n'est pas le cas des sympathisants de ces deux formations politiques. En effet, 64% des électeurs du FN et 55% de l'UMP souhaitent qu'il y ait des alliances électorales pour les élections législatives des 10 et 17 juin prochain, mais au cas par cas, sur le plan local.

Normalisation payante

Les sympathisants du FN sont même 62% à souhaiter qu'il y ait un accord électoral national, alors que ceux de l'UMP restent plus réservés même s'ils sont près d'un tiers (32%) à soutenir un tel accord. Les dirigeants de l'UMP ont exclu tout accord avec le parti de Marine Le Pen pour les législatives en dépit de l'avis de quelques élus de terrain.

Le fait que 51% des Français, contre 42%, voient dans le mouvement de Marine Le Pen un parti comme les autres montre que la normalisation voulue par sa présidente s'avère payante. Elle l'est particulièrement auprès des catégories populaires et des sympathisants UMP puisqu'ils sont respectivement 58% et 65% à partager ce constat, souligne l'institut de sondage.

Ce sondage a été effectué le 31 mai auprès d'un échantillon de 1.012 personnes, âgées de 18 ans et plus, constituant un échantillon national représentatif de la population française.