Législatives: Sylvie Andrieux maintient sa candidature et entre en dissidence

LÉGISLATIVES our expliquer la décision de retirer l'investiture à la candidate, Martine Aubry invoque «l'exigence d'exemplarité»...

Avec Reuters

— 

Sylvie Andrieux, conseillère municipale. Marseille, le 30 mai 2011.
Sylvie Andrieux, conseillère municipale. Marseille, le 30 mai 2011. — PATRICE MAGNIEN / 20 MINUTES

Le Parti socialiste a annoncé jeudi le retrait de l'investiture pour les législatives de sa candidate dans la troisième circonscription des Bouches-du-Rhône, renvoyée mercredi devant le tribunal correctionnel de Marseille dans une affaire de détournement de fonds publics. Dans l'après-midi, Sylvie Andrieux a fait savoir qu'elle maintenait sa candidature et entrait donc en dissidence.

«Nous avons le devoir de maintenir notre candidature»

«Nous prenons acte, Garo Hovsépian (suppléant de la candidate, NDLR) et moi, de la décision du Parti socialiste de retirer notre investiture», déclare-t-elle dans un communiqué. «Pour que la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône ne tombe pas entre les mains de l'extrême droite, nous avons le devoir de maintenir notre candidature qui est la seule à pouvoir atteindre sérieusement cet objectif», ajoute-t-elle.

«La médiatisation inévitable de mon renvoi devant un tribunal quelques jours avant le premier tour des élections législatives n'est qu'une manoeuvre politicienne destinée à déstabiliser le Parti socialiste au-delà de ma simple personne. La confiance des citoyennes et des citoyens sera la meilleure réponse», estime-t-elle, en se déclarant «totalement innocente des faits qui (lui) sont reprochés».

>> Suivez l'actu des législatives en live par ici

La décision de l'exclure a été prise au nom de l'«exigence d'exemplarité», souligne la première secrétaire du parti, dont plusieurs fédérations ont été éclaboussées par des scandales dans un passé récent, notamment dans les Bouches-du-Rhône. Sylvie Andrieux, députée PS candidate à sa réélection, a été mise en examen en juillet 2010 pour «complicité de détournement de fonds publics et complicité de tentative d'escroquerie».

«L'exigence d'exemplarité implique le retrait de l'investiture»

«La nature et la gravité des faits reprochés, la multiplication des témoignages concordants constituent une atteinte à l'image du Parti socialiste», écrit dans un communiqué Martine Aubry, première secrétaire du parti. «Dès lors, en plein accord avec le Premier ministre, sans préjuger de la décision de justice, l'exigence d'exemplarité implique le retrait de l'investiture du Parti socialiste qui a été donnée à Sylvie Andrieux pour la prochaine élection législative», ajoute-t-elle, précisant que le prochain secrétariat national du PS en sera saisi.

Le juge d'instruction marseillais Franck Landou soupçonne l'élue socialiste d'avoir fait verser près de 700.000 euros à des associations pour obtenir les voix d'électeurs dans sa circonscription de Marseille, alors qu'elle était vice-présidente en charge de la politique de la ville au conseil régional. Sylvie Andrieux a toujours assuré que l'attribution de subventions relevait des responsables administratifs de la région.

Une vingtaine de prévenus au total pourraient comparaître à ses côtés avant la fin de l'année dans ce dossier qui porte sur des faits présumés de «détournements de fonds publics, escroqueries, recels, abus de confiance et faux». Agée de 50 ans, Sylvie Andrieux siège comme députée depuis 1997.