Législatives: Dans le Lot, il faudra choisir entre Orliac et Orliac

© 2012 AFP

— 

Les électeurs devront faire preuve de vigilance pour ne pas se tromper de bulletin au premier tour des législatives dans la 1ère circonscription du Lot, où la députée PRG sortante sera confrontée à une candidate du mouvement souverainiste DLR dotée du même patronyme.
Les électeurs devront faire preuve de vigilance pour ne pas se tromper de bulletin au premier tour des législatives dans la 1ère circonscription du Lot, où la députée PRG sortante sera confrontée à une candidate du mouvement souverainiste DLR dotée du même patronyme. — Philippe Huguen afp.com

Les électeurs devront faire preuve de vigilance pour ne pas se tromper de bulletin au premier tour des législatives dans la 1ère circonscription du Lot, où la députée PRG sortante sera confrontée à une candidate du mouvement souverainiste DLR dotée du même patronyme.

La candidate de la majorité présidentielle, Dominique Orliac, sera concurrencée par Diane Orliac, inconnue du sérail politique local, présentée par Debout la République, de l'ex-candidat à la présidentielle Nicolas Dupont-Aignan. Le directeur de campagne de Dominique Orliac, Guillaume Baldy, a dénoncé une candidature opportuniste et a invité les électeurs à la vigilance.

Les electeurs doivent être «vigilants»

«La préfecture a enregistré au dernier jour des dépôts de candidatures une candidate opportunément parachutée», a-t-il dit à un correspondant de l'AFP. Les électeurs, qui à la présidentielle ont voté à plus de 61% pour François Hollande dans cette circonscription, doivent être «vigilants», a-t-il ajouté. La candidate de la «nouvelle majorité présidentielle est bien Dominique Orliac». D'après la préfecture, Diane Orliac, 26 ans, est domiciliée dans le 16e arrondissement de Paris. DLR n'a pas donné suite dans l'immédiat aux sollicitations de l'AFP.

Au total, 11 candidats se présentent dans cette circonscription: sont en lice outre les deux Orliac, Elizabeth Lapierre (FN), Aurélien Pradié (UMP), Serge Laybros (Front de Gauche), Charlotte Wojcik (MoDem), Vincent Haas (LO), Patrick Bellois (NPA), Michel Roumegoux (Alliance centriste), Philippe Montagne (MRC) et Francesco Testa (EELV).