Gouvernement: Fleur Pellerin, une novice pour le ministère délégué des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique

PORTRAIT La jeune socialiste, ultra-diplômée, a très peu d’expérience politique...

Maud Pierron

— 

Fleur Pellerin.
Fleur Pellerin. — F. DUFOUR / AFP

Inconnue du grand public, voilà Fleur Pellerin lancée dans le grand bain gouvernemental. Elle devient, ce mercredi, ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique. Née à Séoul en 1973, adoptée en France en 1974, cette jeune femme a un CV long comme le bras: diplômée de Sciences-Po, diplômé de l’Essec, diplômée de l’ENA. Elle enchaîne directement sur la Cour des comptes, où elle était en charge des questions liées à l’éducation, la culture dans l’audiovisuel et les médias, où elle commence à s’intéresser aux questions de propriétés intellectuelle.

Soutien de Royal en 2007

Elle préside également depuis 2010 l’association Club XXIe siècle, qui a pour but de sensibiliser les «élites» à la diversité. En revanche, elle n’a aucune expérience politique, si ce n’est avoir participé à la campagne de Ségolène Royal en famille, dit-elle dans sa propre biographie.

La retrouver en charge du pôle économie numérique de la campagne de François Hollande a donc été une surprise. Il y a d’ailleurs eu parfois des tiraillements entre elle et Aurélie Filippetti, la députée spécialiste des questions de culture. Dans sa campagne, François Hollande n’a pas brillé par la précision de ses propositions en matière de numérique. A charge pour Fleur Pellerin, désormais, d’y mettre de l’ordre.